Joie des Marseillais après le but de Gerson
Joie des Marseillais après le but de GersonCredit Photo - Icon Sport
par Raphaël Nouet
ANALYSE

FC Nantes - OM : des Phocéens inspirés ont marché sur les Canaris, les tops et les flops

L’OM a remporté une belle victoire à la Beaujoire grâce à une inspiration de Gerson. Le score aurait pu être beaucoup plus lourd pour des Canaris réduits à dix dès la demi-heure de jeu suite à l’expulsion de Nicolas Pallois.

Zapping But! Football Club OM : les 10 plus grosses ventes de l'histoire

Les tops

Dimitri Payet : après son agression à Lyon, il avait déclaré à la police avoir peur de jouer à l’extérieur. Pourtant, il était bien là ce soir alors que la Beaujoire, même s’il s’agit de son ancien jardin et qu’il y a beaucoup de supporters marseillais, est généralement hostile à l’OM. Mais le Réunionnais a bien fait de venir car il a régalé. Plaque tournante du jeu de son équipe, il a délivré plusieurs caviars, dont celui pour Gerson à la 30e. Pas si impacté que ça par sa soirée lyonnaise, le grand Dimitri !

Gerson : très critiqué, et plutôt justement, pour ses prestations décevantes, le Brésilien a signé un très joli but ce soir, d’un enchaînement contrôle orienté-volée. Il a aussi magnifiquement servi Mattéo Guendouzi d’une talonnade inspirée dans la surface. Ce match à Nantes le résume totalement : on voit bien qu’il a un énorme potentiel, qu’il est très technique et sait exploiter les espaces mais il a encore cette lenteur caractéristique du jeu brésilien qui le dessert en France. Quand il va passer la vitesse supérieure, il va faire mal. S’il passe la vitesse supérieur…

Amine Harit : avec à peine une heure de jeu depuis deux mois, on finissait par se demander s’il y avait un problème avec le Marocain. La réponse est non. Jorge Sampaoli l’a titularisé face à son club formateur dans un rôle inhabituel d’ailier droit et le joueur prêté par Schalke a répondu présent. Toujours aussi facile techniquement, il a créé plusieurs situations dangereuses et montré une belle entente avec Dimitri Payet. Les artistes associés ont dû donner des regrets à leur ancien public !

Alban Lafont : si les Canaris ont pu croire jusqu’au bout à une égalisation inespérée, c’est grâce à leur capitaine. Alban Lafont a réalisé plusieurs arrêts salvateurs, dont deux devant Mattéo Guendouzi, qui s’était présenté seul devant lui. A chaque fois, l’ancien Toulousain a su boucher son angle pour ne laisser aucune chance au milieu marseillais. Une nouvelle grande performance.

Les flops

Nicolas Pallois : Antoine Kombouaré voulait voir son équipe marcher sur les Marseillais, il aurait peut-être dû nuancer son propos. Car son défenseur central l’a pris au pied de la lettre en se faisant expulser dès la 34e minute pour double avertissement. Objectivement, aucune de ses fautes ne méritait un carton jaune. Mais l’ensemble de son œuvre, oui. En laissant son équipe à dix aussi tôt dans la partie alors qu’elle subissait déjà grandement le jeu marseillais, l’ancien Girondin ne lui a pas rendu service.

Antoine Kombouaré : il était encore au PSG en décembre 1992 quand son entraîneur d’alors, Artur Jorge, avait annoncé que son équipe allait marcher sur l’OM. Il avait assisté de près à la boucherie organisée par Eric Di Méco, Basile Boli et autres Marcel Desailly, agrémentée d’une victoire phocéenne (1-0). Il sait donc qu’il ne faut pas jouer à ça avec les Marseillais. Qu’est-ce qui lui a pris de faire une telle déclaration en conférence de presse ? Ce soir, son équipe s’est fait manger tout cru. C’est vrai, elle a mis beaucoup de coups. Mais à l’arrivée, elle n’a pas vu le ballon, ni les trois points.

Ludovic Blas : les Marseillais avaient bien appris leur leçon. Ils savaient que Ludovic Blas était le Canari le plus dangereux, le plus décisif depuis le début de la saison. Ce soir, il a donc bénéficié d’une attention toute particulière, un ou deux Marseillais se ruant sur lui à chaque fois qu’il avait le ballon, histoire de limiter son rayonnement. Et comme son équipe a très peu eu le ballon, on ne l’a quasiment pas vu.

Gerson, Payet et Harit ont inspiré l’OM face au FC Nantes

Une passe décisive de Dimitri Payet pour Gerson a offert à l’OM les trois points à la Beaujoire. Le FC Nantes, réduit à dix dès la demi-heure de jeu, n’a pas existé face aux Phocéens et le score aurait pu être beaucoup plus lourd dans les arrêts d’Alban Lafont.

Raphaël Nouet
Rédacteur
Raphaël Nouet