OGC Nice - OM : Payet, Galtier, Sampaoli.. ça chauffe avant le verdict !
Dimitri Payet (OM)Credit Photo - Icon Sport
par Bastien Aubert
ÇA CHAUFFE

OGC Nice - OM : Payet, Galtier, Sampaoli.. ça chauffe avant le verdict !

C’est aujourd’hui que la commission de discipline de la LFP doit rendre son verdict au sujet des incidents ayant émaillé le match entre l’OGC Nice et l’OM le 22 août (1-0, match interrompu).

Zapping But! Football Club OM : les 10 plus grosses ventes de l'histoire

L’OGC Nice et l’OM seront bientôt fixés. Le 22 août dernier, le chaos avait pris place à l’Allianz Riviera après un jet de bouteille reçu par Dimitri Payet en provenance de la tribune des ultras niçois. S’en était suivait l’irruption de ces derniers sur la pelouse avec des échanges houleux entre les deux membres des deux équipes. C’est aujourd’hui que la commission de discipline de la LFP se réunit pour analyser les incidents avec plusieurs verdicts à envisager. Notamment le gel du match, sans aucun vainqueur ni point attribué.

Pour arriver en force, RMC Sport avance que Christophe Galtier sera présent à Paris. Dante, Jean-Clair Todibo et Justin Kluivert, touchés dans l'émeute, participeront en visioconférence. La directrice juridique de l'OGC Nice, Marion Combe, sera présente. L’OM sera de son côté représentée par Pablo Longoria; Olivier Grimaldi (avocat), Alexandre Miahle (directeur juridique), Jacques Cardoze (directeur de la communication), Jorge Sampaoli, Pablo Fernandez (préparateur physique suspendu) et Dimitri Payet. Sampaoli tenait à être sur place à Paris pour défendre ses troupes et témoigner du sentiment de peur et du manque de sécurité ressentis à Nice. Payet a choisi d’être présent lui aussi pour représenter les joueurs.

« L’OM ne peut que demander les 3 points, d’abord parce que c’est la jurisprudence, ensuite parce que si la sanction sportive est équivalente aux deux clubs, cela signifierait que le casseur et la victime sont placés sur le même plan, explique Jacques Cardoze, directeur de la communication de l'OM. Cette décision ferait courir un risque considérable à tous les joueurs de Ligue 1. Cela reviendrait à dire que le supporter qui frappe Payet ne pénalise pas plus son club que celui du joueur victime? Ce serait une prime à l’envahissement de terrain et aux débordements. Demain des supporters pourront venir frapper des joueurs sur un terrain dans l’espoir de rejouer un match ou d’obtenir match perdu pour les deux équipes! Personne ne doit courir ce risque. Ça ne peut pas être un exemple pour la société. Ce serait une prime à la violence. Je trouve par ailleurs humiliant et offensant pour les membres de la commission de discipline que le résultat des sanctions apparaisse dans la presse 24 heures avant qu’elle se soit réunie... »

Pour résumer

C’est aujourd’hui que la commission de discipline de la LFP doit rendre son verdict au sujet des incidents ayant émaillé le match entre l’OGC Nice et l’OM le 22 août dernier à l'Allianz Riviera. Les débats s'annoncent tendus.

Bastien Aubert
Rédacteur
Bastien Aubert