OL, OM, Stade Rennais : Lyon et Marseille freinés, Ménès fracasse l'arbitrage
Credit Photo - ICON SPORT
par Benjamin Danet
Mise au point

OL, OM, Stade Rennais : Lyon et Marseille freinés, Ménès fracasse l'arbitrage

Hier soir, l'OM s'est incliné sur la pelouse du Stade Rennais sur le score de 2-1 alors que les Marseillais évoluaient à dix. L'OL, de son côté, a partagé le point du nul face au Stade Brestois. Pierre Ménès fulmine.

C'est l'un des enseignements de la soirée de Ligue 1 d'hier. L'OM a mis un terme à son beau parcours du moment, battu en Bretagne par le Stade Rennais (1-2) alors qu'il évoluait à dix en raison de l'expulsion de Pape Gueye. Et l'autre Olympique, Lyonnais cette fois, a également été freiné par le Stade Brestois (2-2) en toute fin de rencontre avec un pénalty accordé aux Brestois après une charge du gardien Anthony Lopes sur l'attaquant breton, Mounié.

De toute évidence, Pierre Ménès, le consultant de Canal Plus, n'a pas apprécié la façon dont ont été dirigées ces deux rencontres. Et sur son blog pour Canal +, il n'a pas hésité à donner sa version des faits. "C’est dommage que les matchs qui concernaient Lyon et Marseille aient été faussés par l’arbitrage. Monsieur Brisard, le brillant responsable de l’arbitrage du Classico, a récidivé à Lyon(...)Est arrivé ce penalty, sifflé pour une charge de Lopes sur Mounié.  Avec la VAR je suis incapable de savoir qui percute qui et j’ai même l’impression que ce sont tout simplement les deux joueurs qui se télescopent. Là encore, le gardien portugais nous a gratifiés d’une petite série de roulades digne de celle du Parc. Ce qui ne l’a pas empêché de stopper le penalty tiré par Chardonnet. Sauf que monsieur Brisard a estimé que Lopes avait bougé de sa ligne. Quand tu vois le ralenti, oui il avance de vingt centimètres mais je trouve cette règle complètement conne. Les attaquants ont le droit de feinter ou de quasiment marquer un temps d’arrêt dans leur course mais les gardiens sont obligés de rester plantés sur leur ligne. Je trouve ça absurde…"

Quant à Monsieur Turpin, l'arbitre de Stade Rennais-OM, il n'a pas été épargné. Bien au contraire. "La première période olympienne a été magnifique, avec de belles occases et l’ouverture du score de Gueye d’une frappe sèche sur un centre de Payet. Malheureusement, mon gars Turpin est alors entré en scène en expulsant le même Gueye pour un coup de coude totalement involontaire sur Niang. Le premier carton jaune était mérité mais là, il n’y a même pas de geste du coude…. Pour l’OM, c’est un coup d’arrêt assez immérité au vu de leur prestation tant qu’ils étaient à onze."