OM : André Villas-Boas s'est trouvé un soutien de poids à Marseille
André Villas-BoasCredit Photo - Icon Sport
par Alexandre Corboz
EXPLICATIONS

OM : André Villas-Boas s'est trouvé un soutien de poids à Marseille

Pointé du doigt pour sa responsabilité dans les mauvaises performances de l'OM en Ligue des Champions, André Villas-Boas est défendu par l'ancien coach Gérard Gili.

Depuis quelques jours, André Villas-Boas en prend pour son grade à Marseille. Accusé d'avoir joué trop défensif lors d'OM – Manchester City (0-3), critiqué au sein même du vestiaire, le Portugais a clairement perdu de sa superbe... Mais il peut compter sur le soutien dans un ancien coach olympien, interviewé par Le Phocéen : Gérard Gili.

S'il a vu un OM « sparring-partner » contre les Anglais, l'entraîneur du doublé en 1989 ne veut pas accabler son confrère : « Villas-Boas met un point d'honneur à défendre ses joueurs, mais j'imagine qu'il ne doit pas beaucoup dormir, car il cherche des solutions. Pour moi, le problème vient d'abord d'un mercato incomplet. L'OM a recruté des joueurs là où il n'avait pas forcément besoin d'en prendre, et n'a pas recruté là où c'était essentiel. Résultat, c'est un entraîneur qui ne dispose pas de solutions aux postes où il y a des joueurs en difficulté ».

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DE L'OLYMPIQUE DE MARSEILLE

Gili comprend la nervosité d'André Villas-Boas

Pour Gérard Gili, le constat est implacable : « Je pense qu'il faut arrêter de chercher des explications : on a un groupe très limité qui a donné 130 % de ses capacités l'an dernier et qui s'est qualifié en C1 en grande partie, à mon avis, grâce à l'arrêt de la Ligue 1. Là, on repart avec une équipe qui n'a pas été renforcée et qui a, de plus, été contrariée dans sa préparation. Oui, le coach est nerveux. Dans ce métier, on est parfois obligé de défendre des choses auxquelles on ne croit pas. Par exemple, il savait que l'OM avait besoin d'un avant-centre et il ne l'a pas. Il est donc obligé de défendre devant la presse un mercato qu'il sait incomplet. J'ai connu ça dans ma carrière, et je sais que je n'aimais pas répondre à ces questions, car je ne pouvais pas dire que le mercato de mon club n'était pas bon. Dans ce cas, on essaie de répondre, mais tout le monde voit qu'on est à cran ».