OM : C1, Vélodrome, McCourt et Longoria, le discours stupéfiant du Maire de Marseille
Credit Photo - Icon Sport
par Benjamin Danet
Mises au point

OM : C1, Vélodrome, McCourt et Longoria, le discours stupéfiant du Maire de Marseille

Dans un entretien accordé à l'Equipe, le Maire de Marseille, Benoît Payan, y va gaiement au sujet de l'OM et de son président. Comme si la vie du club était de son ressort.

Zapping But! Football Club OM : les 10 plus grosses ventes de l'histoire

Les maux pour le dire. Et qu'on ne vienne pas avancer au Maire de Marseille, Benoît Payan, qu'il ne s'intéresse pas au quotidien de l'OM car il a au contraire un avis très tranché sur tout ce qui concerne le club phocéen. Preuve en est, son entretien accordé ce jour au quotidien l'Equipe.

Comme vous pourrez le constater ci-dessous, Payan a un discours musclé et tout Frank McCourt qu'il est, le boss américain du club va devoir prouver qu'il n'est pas à Marseille pour la gloriole. Extraits. 

La Ligue des Champions

"Je n'ai pas parlé de gagner la Ligue des champions demain, ni même dans deux ou trois ans, il ne faut pas tomber dans la caricature et susciter l'emballement. Mais McCourt n'a pas le choix. Il me dit que le club n'est pas à vendre, qu'il n'a jamais été à vendre, qu'il ne le sera pas. Alors s'il veut rester, il doit avoir les objectifs les plus hauts possibles, ce n'est pas possible autrement pour un club qui a déjà gagné la plus prestigieuse des compétitions de clubs, pas vivable. Il doit mettre en adéquation ses actes avec ses mots. On verra de toute façon s'il nous a joué de la flûte."

Longoria 

"Je l'ai rencontré pour la première fois lundi. C'est un Méditerranéen, sensible aux enjeux, qui dépassent tout ce qu'il a vécu jusqu'ici dans le milieu du football. À 34 ans, il est devant un très grand challenge, il s'y fera au fur et à mesure. J'ai donné ma confiance, je reste prudent.

Le Vélodrome

"La vente du stade Vélodrome est un impératif pour la ville : je n'envisage qu'un transfert à la métropole ou une cession au club. Il n'y a pas un grand club européen avec des grandes ambitions qui n'est pas propriétaire de son outil de travail. McCourt a eu le beurre et l'argent du beurre. C'est comme s'il avait la jouissance et la propriété du stade sans en avoir les inconvénients, inconvénients qui retombent sur les Marseillais. Attention, ce sont des belles négociations pour Arema et lui, avec des « pigeons » en face, pardonnez-moi l'expression. L'exploitation est extrêmement favorable à l'OM, or, je ne suis pas garant des intérêts de Frank McCourt, mais des citoyens marseillais, qui paient les pots cassés depuis des années."