OM : joueurs effrayés, dégâts, Alvaro touché, ce qu'il s'est passé à la Commanderie
Credit Photo - Icon SPORT
par Benjamin Danet
Etat de siège

OM : joueurs effrayés, dégâts, Alvaro touché, ce qu'il s'est passé à la Commanderie

Retour, dans le détail, sur les incidents qui ont éclaté dans la journée au centre d'entraînement de l'OM.

La journée aura été bien triste pour les amoureux du football en général et ceux de l'OM en particulier. Conséquence de la manifestation violente de certains Ultras, dans la journée, le match face au Stade Rennais, prévu ce soir à 21 heures, est reporté. Au travers d'un long article, RMC est revenu sur les événements de la journée. 

Ce sont 400 supporters environ qui avaient rendez-vous vers 14 heures 30 sur le parking d'une clinique et sur celui du stade des Caillols. Tous ont ensuite pris la direction du centre d'entraînement, Robert Louis-Dreyfus. Aussitôt arrivés, ils ont jeté des pétards, lancé des fumigènes par-dessus les grilles. Pire, et toujours selon RMC, cinquante d'entre-eux sont entrés sur le côté du centre d'entraînement.

Voici une partie du récit du correspondant de RMC. "À l'intérieur, des scènes de tension et de violence sont aussi survenues. Quelques vitres ont été cassées par des supporters avec des cagoules sur la tête. D'autres sont même parvenus à entrer dans les vestiaires. Des fans racontent que des cyprès ont brûlé aux grilles de la Commanderie et à l'intérieur du site. André Villas-Boas et quelques rares joueurs sont sortis sur une passerelle du bâtiment sportif du centre. Alvaro Gonzalez, Steve Mandanda, Valentin Rongier étaient là avec le coach portugais. Le directeur sportif Pablo Longoria est lui aussi sorti. "Les joueurs étaient effrayés. Ils ont compris qu'on n'était pas là pour rigoler. Ceux qui sont sortis ont fait preuve de courage. Bravo à eux. Mais où était le principal visé? Où était JHE? Avait-il quitté le navire au pire moment de la tempête?", questionne, ironique, un taulier du mouvement ultra-marseillais. "Heureusement que Payet n'est pas sorti. Il se serait fait violenter. On ne supporte plus les caprices de starlette de certains joueurs, lâche un supporter ultra présent sur place. Je ne pense pas qu'ils ont déjà vu, à l'OM, une action aussi violente. Cette fois, tous les groupes étaient unis et ont voulu mettre la pression".

Comme on vous le disait plus tôt, 25 interpellations ont eu lieu, sept policiers ont été légèrement blessés et trois véhicules de police ont été endommagés. Alvaro Gonzalez, lui, a été touché par un projectile en voulant aller à la rencontre des supporters. Les prochains jours vont être durs à vivre pour les joueurs marseillais...