Mohammed Ben Salmane
Mohammed Ben SalmaneCredit Photo - Icon Sport
par Alexandre Corboz
FINI L’OPEN BAR !

OM : l’Arabie saoudite a trop flambé, coup de froid pour le rachat du club ?

Le Wall Street Journal annonce que le fond souverain d’Arabie saoudite connait quelques difficultés dues aux projets pharaoniques de son patron, le prince héritier Mohammed Ben Salmane. Mauvaise nouvelle pour l’OM ?

Zapping But! Football Club OL - OM : la meilleure rivalité de Ligue 1 aujourd'hui ?

Si l’Arabie saoudite est présentée aujourd’hui comme le nouvel eldorado du football mondial et qu’il fait notamment rêver les supporters de l’OM, désireux de voir leur club racheté par un fond souverain à même de faire passer Marseille dans une autre dimension, il semblerait que le mirage Ben Salmane soit en passe de s’effacer… Ou en tout cas de réduire ses investissements dans le football.

Selon le très sérieux Wall Street Journal, les mégaprojets lancés à l’horizon 2030 par l’Arabie saoudite pour réduire sa dépendance aux revenus pétroliers et diversifier son économie sont en train d’assécher ses comptes, poussant même le royaume à se tourner vers l’emprunt pour combler son déficit.

Le PIF a vu ses réserves chuter drastiquement…

Un chiffre fort est d’ailleurs sorti par le média économique américain : le PIF (fond souverain de l’Arabie saoudite en charge de ses investissements) a vu ses réserves de trésorerie chuter de près de 75% à l’automne dernier, pour tomber à 15 milliards de dollars environ. Il s’agit de son niveau le plus bas depuis décembre 2020, le début du plan lancé par le prince héritier Mohammed Ben Salmane.

Alors oui, l’Arabie saoudite a encore beaucoup d’argent à dépenser et n’est pas dans une situation dramatique (« Il y aura de l’argent à profusion jusqu’en 2030, à mon avis, puis viendra l’heure des comptes », dixit la chercheuse Karen Young) mais, pour la première fois le royaume saoudien pourrait enregistrer un déficit budgétaire de 21 milliards de dollars en 2024.

De quoi rendre les dépenses plus raisonnées et raisonnables dans des projets inhérents au football alors que certains mégaprojets touristiques (la ligne de Neom, une station balnéaire sur la mer Rouge, etc.) doivent encore coûter plus de 500 milliards de dollars au PIF dans les prochaines années.

Rejoignez le fil But ! Football Club sur WhatsApp pour ne rien rater des grosses infos sur vos clubs favoris.

Podcast Men's Up Life
 

Pour résumer

Le Wall Street Journal annonce que le fond souverain d’Arabie saoudite connait quelques difficultés dues aux projets pharaoniques de son patron, le prince héritier Mohammed Ben Salmane. Mauvaise nouvelle pour l’OM en vue d'un rachat ?

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.