OM : l'ASSE, les suspendus, Alvaro, le PSG...Villas-Boas avait des choses à dire
Villas-BoasCredit Photo - Icon SPORT
par Benjamin Danet
CONFERENCE DE PRESSE

OM : l'ASSE, les suspendus, Alvaro, le PSG...Villas-Boas avait des choses à dire

L'entraîneur de l'OM, André Villas-Boas, était en conférence de presse il y a quelques instants. Et ce à deux jours du match face à l'ASSE.

Après le Clasico, remporté par l'OM, place à un grand classique de la Ligue 1 : Marseille-Saint-Etienne. Les Verts de l'ASSE arrivent jeudi dans un Vélodrome quasi vide (1 000 personnes autorisées) et André Villas-Boas, l'entraîneur phocéen, a fait le point avec la presse locale à 48 heures du rendez-vous.

Sur l'effectif

"Sans Amavi, on va devoir bricoler un peu et on va voir ce qu'on peut faire. Il faut trouver quelqu'un pour jouer à droite pour que Sakai puisse jouer à gauche, ou alors on change de système. On va chercher les solutions possibles. Devant, on n'aura pas Benedetto, mais on a Valère, Marley, on a testé Thauvin et Payet aussi dans cette position. On doit encore penser à ce que je veux faire. Pour Sanson, il sera dans le groupe, mais pas sûr sur le terrain. Pour Bouna Sarr, on va voir, il a eu de bonnes sensations, c'est une possibilité."

Voir AUSSI : TOUTE L'ACTUALITE DE l'OM

Le PSG n'échappe pas aux critiques

Sur le PSG et les images du Clasico

"Le PSG cherche dans les images, mais ne regarde pas du tout : il y a eu pourtant le crachat de Di Maria, plusieurs fautes, des accusations, des excès d'agressivité, une bagarre... et j'en passe. Je suis curieux de voir ce qui va sortir de la commission de discipline. Mais la victoire reste à nous. J'ai dit aux joueurs qu'on avait passé cette barrière mentale contre le PSG. Ca peut nous aider pour la suite."

Sur Alvaro...et sur Neymar

"On est sûr que Alvaro n'est pas raciste. Je le connais bien, je sais ce qu'il est, ce qu'il représente. On a aucun doute sur ce qu'il a dit. On va aider pour trouver la vérité. Neymar connait la gravite de ses accusations."

Le Vélodrome sonne creux, un regret

"ça va faire bizarre car la différence entre un stade vide et 1 000 personnes, il n'y en a pas. C'est pareil. Mais c'est dommage surtout pour les supporters. Il faut gagner pour eux."

Sur son avenir

"Je ne peux pas répondre à cette question. Ce n'est pas le moment. J'ai déjà répondu, ça ne dépend pas de moi. La première proposition j'ai refusé car à l'époque le timing émotionnel n'était pas bon pour moi, et là je n'ai rien."

Sur l'ASSE

"Lille est un adversaire direct. L'ASSE on les a battus la saison dernière, mais ils ont beaucoup changé. Ca va être dur..."