OM : l'incroyable attaque (pleine d'incohérences) d'un journaliste contre Bernard Tapie
Bernard TapieCredit Photo - Icon Sport
par Raphaël Nouet
SANS PITIÉ

OM : l'incroyable attaque (pleine d'incohérences) d'un journaliste contre Bernard Tapie

L'absence de Bernard Tapie dans le Top 5 des meilleurs présidents de l'histoire du football français a beaucoup a été beaucoup commentée, notamment par le journaliste de Libération Grégory Schneider.

La publication hier par France Football du classement des meilleurs présidents de l'histoire de la Ligue 1 a beaucoup fait parler car Bernard Tapie y pointe en 19e place. Notamment parce que l'ancien Boss de l'OM a écopé d'un zéro pointé pour sa probité. Le sujet a été débattu hier soir sur le plateau de La Chaîne L'Equipe et a conduit le journaliste de Libération Grégory Schneider à lancer une attaque en règle contre Tapie, où l'on devine tout le dégoût qu'il a pour l'ancien dirigeant phocéen.

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DE L'OLYMPIQUE DE MARSEILLE

"On parle de corruption à grande échelle"

« Il n’y a pas que l’affaire OM/VA. On peut parler de Juskowiak de Poznan, qui dormait un quart d’heure avant le coup d’envoi du match au Vélodrome parce qu’on lui avait donné une bouteille d’eau. On peut parler des mecs de l’AEK Athènes qui s’étaient faits rincer. On parle de corruption à grande échelle, on parle d’adversaires corrompus, drogués… On est au fond du fond. Et par ailleurs, il y a cette phrase terrible que je ne pardonnerai jamais : « Maintenant, je sais comment ça marche ». Sous-entendu, on ne peut gagner qu’en trichant. Allez expliquer ça à des gosses ou à vos joueurs. Je suis dans la nuit noire quand j’entends ça. C’est atroce. »

Les propos de Schneider lui ont valu un raz-de-marée d'insultes sur les réseaux sociaux. Pourtant, leur incohérence suffit à les décrédibiliser. S'il y avait bien un Juskowiak lors d'OM-Poznan en 1990/91 (2-3 ; 6-1), il est étonnant qu'il ait été le seul à s'endormir, victime d'une boisson empoisonnée. D'ailleurs, on parlait plutôt de jus d'orange que d'eau à l'époque et plutôt de fatigue, pas d'endormissement. En outre, si Tapie a effectivement prononcé sa fameuse phrase après l'élimination de C1 à Lisbonne au printemps 90, les joueurs de l'AEK prétendument "rincés" avaient croisé la route de l'OM à l'automne précédent. Le Boss aurait donc appliqué la leçon avant de l'avoir apprise ? Pas très cohérent. Mais quand on veut faire parler de soi, on est prêt à dire n'importe quoi…

Pour résumer

Le journaliste de Libération Grégory Schneider a violemment attaqué Bernard Tapie pour ses méthodes teintées de corruption lors de son passage à l'OM.

Raphaël Nouet
Rédacteur
Raphaël Nouet