OM - Manchester City (0-3) : ces 4 Olympiens qui ont plombé leur équipe
Valentin RongierCredit Photo - Icon Sport
par Raphaël Nouet
CLAQUE

OM - Manchester City (0-3) : ces 4 Olympiens qui ont plombé leur équipe

L’OM s’est logiquement incliné face à Manchester City (0-3). Si les Phocéens ont tous été dominés par leurs adversaires directs, quatre ont particulièrement déçu.

Valentin Rongier

On peine à retrouver le milieu de terrain si facile de l’automne dernier, quand il était arrivé juste après la clôture du mercato en provenance du FC Nantes. Depuis le début de saison, l’ex-Canari est beaucoup moins précis à tous les niveaux et notamment dans ses passes. L’ouverture du score de Manchester City à la 18e minute est clairement pour lui. Positionné à 25 mètres face à ses buts, il tente d’écarter sur la gauche vers Duje Caleta-Car mais il manque sa cible. Résultat, une interception de Kevin De Bruyne, qui sert magnifiquement Ferran Torres. Touché moralement par ce loupé, il a mis du temps à retrouver un niveau convenable jusqu’à sortir à l’heure de jeu. Sans toutefois atteindre les sommets de l’an dernier. A sa décharge, quand on évolue dans une équipe aussi dominée que la sienne, il n’est guère évident d’espérer ressortir proprement le ballon.

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DE L'OLYMPIQUE DE MARSEILLE

Leonardo Balerdi

Après son but à Lorient (1-0) samedi, André Villas-Boas lui a prédit un avenir doré. Sauf que l’OM a besoin dès à présent d’un défenseur central au top. Et qu’avec sa vingtaine de matches chez les professionnels depuis le début de sa carrière à Boca, son long passage sur le banc à Dortmund, Balerdi n’est pas au point. En tout cas pas apte à affronter l’une des meilleures formations européennes. Très souvent dépassé par la vitesse des Citizens ou par leurs passes tranchantes, il a en outre offert une grosse occasion aux vice-champions d’Angleterre via un contrôle du genou sur une passe anodine d’Alvaro Gonzalez. L’une de ses plus grandes qualités est sa relance. Ça ne s’est pas vu ce soir car même ses passes en retrait vers Steve Mandanda ont parfois manqué leur cible.

Nemanja Radonjic

On ne vous ment pas, il était bien titulaire ce soir. Mais on vous rassure : comme d’habitude, il n’a pas fait grand-chose. Habituellement, c’est parce qu’il semble vouloir être ailleurs. Ce soir, c’est plutôt parce qu’il aurait voulu être ailleurs. En Ligue 1, sa vitesse peut lui permettre de faire la différence. En Champions League, elle ne lui est d’aucun secours. Et comme ce n’est pas avec son intelligence de jeu qu’il risque de se démarquer, eh bien c’est Jordan Amavi qui a été chargé de faire le piston, lui qui avait déjà fort à faire avec le marquage Raheem Sterling

Hiroki Sakai

En championnat, il est déjà bien souvent limite. Peu d’apport offensif, des centres au troisième poteau, un placement parfois limite qui remet des adversaires en jeu… Son côté sympathique et son but face à Leipzig en 2018 ne suffiront pas éternellement à lui conserver la sympathie des supporters. Et la confiance d’André Villas-Boas. La Ligue des champions, c’est trop haut pour lui. Si l’OM a le bonheur de retrouver la reine des compétitions la saison prochaine, il faudra recruter un latéral droit.