OM : Neymar, le racisme, Puma, un départ, la sélection… Alvaro en dit toujours plus
Alvaro GonzalezCredit Photo - Icon Sport
par Raphaël Nouet
CONFESSION

OM : Neymar, le racisme, Puma, un départ, la sélection… Alvaro en dit toujours plus

Le défenseur central de l'OM Alvaro Gonzalez a accordé une longue interview au quotidien AS dans laquelle il a évoqué la polémique avec Neymar, son avenir et même la sélection espagnole.

Même si la polémique avec Neymar lui a fait beaucoup de mal, Alvaro Gonzalez a pu en tirer un avantage : il a été en pleine lumière médiatique. Ce qui vaut par exemple d'être interviewé par le quotidien AS et pas seulement pour parler de son histoire avec l'attaquant du PSG. Voici des morceaux choisis de son entretien.

"Je n'ai aucune envie de parler de l'absence de sanction contre Neymar. Tout ce qui m'intéressait, c'était que je ressorte blanchi de cette histoire. Je suis en train de vivre le meilleur moment de ma carrière de joueur. La L1 me convient à merveille parce qu'elle est plutôt physique. Puma ? Ils ont essayé de parler avec moi. Mais tout ce que je leur ai dit, c'est que je voulais qu'il s'excuse. Il n'y avait rien de plus à dire. Ils craignaient bien sûr plus pour Neymar que pour moi."

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DE L'OM

Il a réfléchi au moment du départ de Zubizarreta

"J'ai eu une réunion avec les supporters de Marseille. Nous vivons dans une ville où tu ne peux pas être raciste. Des gens venus de partout y cohabitent, je voulais être tranquille par rapport à ça. Je voulais aussi savoir si j'avais le soutien du club, des supporters et de la ville. Après, j'ai été plus serein."

"Cet été, si Villas-Boas était parti, il aurait fallu discuter. Le club avait une option d'achat pour moi mais si les deux personnes qui m'avaient fait venir étaient parties, j'aurais dû discuter avec leurs remplaçants. Ce qui est clair, c'est que je suis heureux à Marseille, je joue le meilleur football de ma carrière. Je me sens aimé, ce qui est important pour donner le meilleur de soi-même. Mais ça aurait été difficile de perdre Zubizarreta et Villas-Boas, qui m'ont donné toute la confiance du monde."

Il pense à la sélection

"J'ai toujours rêvé de jouer pour la sélection. Désormais, je me retrouve à cette période d'une carrière où j'ai des chances de pouvoir y aller. Le club m'a rendu tellement heureux quand il m'a dit que j'avais été pré-sélectionné. Je ne pense pas à l'Euro, mais si je continue à bien travailler, il y aura des possibilités. J'avais deux rêves l'an dernier : me qualifier pour la Champions League et être sélectionné. Je premier, je l'ai atteint. En tant qu'espagnol, disputer l'Euro avec la sélection serait ma plus grande fierté."