OM : Sampaoli a provoqué des premières tensions dans le vestiaire
Jorge Sampaoli (OM)Credit Photo - Icon Sport
par Bastien Aubert
CRISPATIONS

OM : Sampaoli a provoqué des premières tensions dans le vestiaire

Si le début de saison de l’OM est des plus honorables, les méthodes très personnelles de Jorge Sampaoli ont d’ores et déjà commencé à désarçonner certains de ses propres joueurs.

Zapping But! Football Club OM : la liste des humiliations en Coupe de France

Les adversaires de l’OM sont unanimes cette saison : cette équipe est déroutante. De par son système de jeu et ses joueurs interchangeables, l’escouade de Jorge Sampaoli semble créer le danger de partout et arrive très souvent à désarçonner les formations rivales. Le Stade Rennais ne dira pas le contraire après avoir été largement dominé dimanche à l’Orange Vélodrome (0-2).

La méthode Sampaoli, qui fonctionne bien jusque-là, pourrait aussi avoir un côté plus négatif. En n’alignant jamais la même équipe d’un match à l’autre, le technicien argentin aime en effet désarçonner ses propres joueurs... auxquels il ne fournit pas d’explications à ses choix. Selon L’Équipe, la composition tombe les jours de match et certains la découvrent parfois avec amertume.

« Des points de crispation existent mais dans un groupe qui a énormément changé cet été mais les rapports de force dans le vestiaire ne sont plus les mêmes qu’à une époque, peut-on lire dans le quotidien sportif. La mise à l’écart du monument Mandanda, remplaçant depuis trois rencontres, n’a pas eu l’impact négatif qu’elle aurait pu avoir il y a quelques années. C’est le cas aussi pour deux situations personnelles compliquées, mais qui représentent moins de choses à l’échelle de l’OM, Duje Caleta-Car ou Jordan Amavi, zéro minute chacun cette saison. »

Pour résumer

Si le début de saison de l’OM est des plus honorables, les méthodes très personnelles de Jorge Sampaoli auraient d’ores et déjà commencé à désarçonner certains de ses propres joueurs. Ses changements incessants sont en cause.

Bastien Aubert
Rédacteur
Bastien Aubert