OM - Stade Rennais (1-0) : les 4 chantiers de Jorge Sampaoli malgré la victoire
Jorge Sampaoli et Dimitri PayetCredit Photo - Icon Sport
par Raphaël Nouet
ANALYSE

OM - Stade Rennais (1-0) : les 4 chantiers de Jorge Sampaoli malgré la victoire

Pour ses débuts sur le banc, Jorge Sampaoli a vu l’OM s’imposer face au Stade Rennais grâce à trois joueurs qu’il a faits entrer en cours de jeu. Les enseignements sont nombreux pour l’entraîneur argentin, qui pourrait effectuer des changements dès samedi contre Brest.

Zapping But! Football Club OM : le palmarès complet des Marseillais

Jorge Sampaoli a prévenu en conférence de presse qu’il allait avoir besoin de temps pour relancer l’Olympique de Marseille. Pour son premier match, ce soir contre le Stade Rennais (1-0), il s’est appuyé sur un 5-3-2 censé donner confiance à son équipe via une grosse solidité défensive. Si l’OM n’a effectivement pas encaissé de but, il a été laborieux dans le jeu et a mis beaucoup de temps à faire la différence, par des remplaçants (Benedetto pour Henrique, passeur décisif pour Cuisance à la 88e), ce qui devrait conduire l’Argentin à opérer des changements dès la réception de Brest samedi (17h). Voici quatre suggestions.

Abandonner la défense à cinq

Dans l’esprit, on l’a dit, c’était une bonne idée. Mais dans les faits, ça n’a pas contribué à emballer la partie. Car au final, l’OM a joué avec quatre défenseurs centraux (Alvaro, Balerdi, Caleta-Car et Kamara). Quand l’équipe récupérait le ballon très bas dans son camp, elle mettait beaucoup de temps à remonter, faute de solutions au milieu. Les passes latérales, qui passaient parfois par Mandanda, empêchaient d’emballer la partie alors que le Stade Rennais était largement prenable, lui qui vient également de changer d’entraîneur. Revenir à une défense à quatre semble être une priorité.

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DE L'OLYMPIQUE DE MARSEILLE

Mieux exploiter Milik

Sur chaque action, le Polonais a montré toute sa classe. Notamment sur une belle reprise de volée du droit suite à une ouverte de Thauvin dans la profondeur (34e). Milik n’a certes pas marqué ce soir mais il montre, match après match, que si on l’abreuve en bons ballons, il peut faire la différence. Le 5-3-2 était censé lui offrir des centres. Sauf que Nagatomo, même s’il a été moins en difficulté que d’habitude, ne vaut pas Amavi, toujours blessé, dans ce domaine. Et Lirola a été plutôt bien pris par les Rennais. Perfectionner la relation technique entre Payet, Thauvin et Milik est une urgence absolue pour Sampaoli car si ces trois-là évoluent à leur niveau, peu de défenses de L1 seront en mesure de les arrêter

Trouver une place à Gueye et Rongier

Blessé depuis plusieurs semaines, Valentin Rongier manque cruellement à l’OM, même s’il était en dedans avant de filer à l’infirmerie. Pape Gueye, lui, est la révélation de la saison marseillaise et s’il était absent ce soir, c’est simplement parce qu’il était suspendu. Mais l’un comme l’autre ont forcément leur place dans l’OM version Sampaoli vu qu’ils sont à la fois actifs et techniques. Kamara étant incontournable, cela fait déjà trois places a priori distribuées. Ce qui ne laisse pas beaucoup de choix à Sampaoli pour son futur schéma tactique. Sauf s’il se décide à surpeupler son milieu de terrain…

Apprendre à ses joueurs à jouer dans la course

C’est une particularité du football français qui doit faire halluciner les hispaniques, habitués au jeu bien léché : chez nous, les passes arrivent généralement dans les pieds, parfois en arrière mais très rarement dans la course. Ce qui a le don de ralentir les actions. Suivre un match de Liga, même entre le dernier et l’avant-dernier, est édifiant à ce niveau. Ce soir, trop souvent, des actions marseillaises auraient pu aller beaucoup plus vite, et donc déstabiliser les Rennais, si les passes avaient été dans la course. En seconde période, Dimitri Payet s’en est plaint quand Luis Henrique lui a envoyé le ballon dans les pieds alors qu’il aurait pu se retrouver en très bonne position devant la cage bretonne s’il avait été lancé dans la profondeur. D'ailleurs, ce n'est sans doute pas un hasard si c'est un Argentin (Benedetto) qui a servi sur le bon tempo Henrique pour la passe décisive. Réussir ses passes, c’est basique mais ça va aussi être le travail de Jorge Sampaoli dans les prochaines semaines.