OM - Mercato : malgré Luis Henrique, Villas-Boas veut encore un 9 et a deux nouveaux noms
André Villas-BoasCredit Photo - Icon Sport
par Raphaël Nouet
TRANSFERTS

OM - Mercato : malgré Luis Henrique, Villas-Boas veut encore un 9 et a deux nouveaux noms

L'attaquant brésilien de Botafogo Luis Henrique (18 ans) est attendu à Marseille ce jeudi. Mais l'entraîneur de l'OM, André Villas-Boas, souhaiterait voir débarquer un autre joueur à son poste.

Annoncé dimanche soir par André Villas-Boas lui-même après le nul contre Lille (1-1), le recrutement de Luis Henrique devrait être effectif dans la journée. Après avoir loupé un premier vol en début de semaine, l'attaquant brésilien de 18 ans a pris l'avion mercredi soir et devait atterrir à Marseille ce matin. Il devrait ensuite passer la traditionnelle visite médicale, à l'issue de laquelle il signera son contrat avec l'OM. Les difficiles négociations avec Botafogo, qui ne possédait que 40% des droits du joueur, ont donc eu une issue positive.

Mais le recrutement de l'OM est loin d'être fini ! Selon L'Equipe du jour, André Villas-Boas souhaiterait même un nouvel… attaquant ! Car s'il a bien validé la venue de Luis Henrique, initiée par Pablo Longoria, le profil du Brésilien n'est pas celui qu'il recherchait. L'entraîneur portugais souhaiterait un vrai complément à Dario Benedetto alors que Henrique ressemble à l'Argentin.

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DE L'OLYMPIQUE DE MARSEILLE

La quête continue après plusieurs échecs

Au sujet du joueur recherché par AVB, L'Equipe écrit ainsi : "Dans sa liste, Darwin Nunez (21 ans), qui a signé à Benfica et dont l'agent s'est servi de l'OM pour faire monter les enchères, était au sommet. José Juan Macias (21 ans, Guadalajara, Mex.), Carlos Fernandez (24 ans, prêté par le Séville FC à Grenade la saison dernière), Myron Boadu (19 ans, AZ Alkmaar, P.-B.) y figurent aussi, alors que l'OM a sondé El Bilal Touré (19 ans le 3 octobre, Reims) et fait une offre, refusée, à Watford pour Luis Suarez (22 ans). Comme son prédécesseur Rudi Garcia, Villas-Boas, malgré son pouvoir d'attraction, son investissement et ses réseaux, se heurte lui aussi encore sur ce mercato au problème de l'attaquant de pointe. On n'ose plus dire le grand attaquant."