OM – Mercato : Milik, les vraies raisons de son choix en faveur de Marseille
Arkadiusz Milik (Naples)Credit Photo - Icon Sport
par Alexandre Corboz
MOTIFS

OM – Mercato : Milik, les vraies raisons de son choix en faveur de Marseille

D'accord avec l'OM, Arkadiusz Milik (Naples, 26 ans) n'attend plus qu'un accord entre les clubs pour devenir le nouveau buteur marseillais. Les raisons de son choix.

Comme évoqué hier, l'OM avance sur la piste d'Arkadiusz Milik (Naples, 26 ans). Convaincu par André Villas-Boas et Pablo Longoria, Frank McCourt a validé une dépense d'envergure pour le buteur polonais et un accord a même été trouvé autour d'un contrat de longue durée pour l'ancien goleador de l'Ajax Amsterdam.

La Provence revient sur les conditions de cette première victoire (même s'il faudra encore convaincre Naples de céder son avant-centre) et justifie le choix de Milik, qui a privilégié le club français à sa séduisante option italienne menant à la Juventus de Turin. L'intéressé a fait ce choix pour préserver sa place à l'Euro face aux menaces de sa fédération de le sortir de la sélection s'il n'avait pas plus de temps de jeu.

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DE L'OLYMPIQUE DE MARSEILLE

Milik voulait à tout prix préserver sa place en sélection

« S'il reste à Naples après la fenêtre de janvier, je pense qu'il est normal qu'il ne puisse pas participer au championnat d'Europe avec la Pologne », avait notamment lâché Zbigniew Boniek, le président de la Fédération polonaise, lors d'une récente interview à la radio napolitaine Kiss Kiss. Le message est bien passé.

En revanche, Arkadiusz Milik ne s'imagine pas pieds et poings liés à l'OM pour autant : un accord sous-jacent prévoit même une vente rapide : « Si Milik et l'OM se seraient accordés sur un contrat portant sur au moins trois saisons et demi, il n'est pas prévu qu'il fasse de vieux os en Provence, surtout si une belle bascule financière se profile. Et ce, même si ses buts en cascade (48 en 122 matches en Campanie) permettent à l'OM de retrouver la piste aux étoiles européennes », conclut d'ailleurs le quotidien provençal.