OM, Juventus - Mercato : Milik se prend un énorme coup de pression
Arkadiusz MilikCredit Photo - Icon Sport
par Raphaël Nouet
ON RIGOLE PLUS

OM, Juventus - Mercato : Milik se prend un énorme coup de pression

Hésitant quant à son avenir, l'attaquant du Napoli Arkadiusz Milik, convoité par l'OM mais également la Juventus Turin, s'est pris un rappel à l'ordre de la part du président de la fédération polonaise, la légende Zbigniew Boniek.

Bien décidé à quitter le Napoli dès l'ouverture du marché hivernal, Arkadiusz Milik est toujours au Napoli. Et on ne peut pas dire que sa situation se soit améliorée ni que son horizon se soit dégagé. Il joue toujours très peu avec le SSCN, l'OM veut toujours le recruter mais la Juventus hésite à le prendre dès maintenant, sachant qu'il sera libre en juin. Or, l'attaquant veut s'engager avec la Vieille Dame, même si c'est pour jouer les doublures d'Alvaro Morata. Tant que la Juve n'aura pas tranché dans ce dossier, rien ne bougera. A moins que…

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DE L'OLYMPIQUE DE MARSEILLE

"Sil reste au Napoli, il ne jouera pas l'Euro"

A moins que la Fédération polonaise ne fasse office d'accélérateur de particules dans ce dossier. Et ça en prend bien le chemin, vu ce qu'a dit son président, le légendaire Zbigniew Boniek, partenaire de Michel Platini à la Juventus dans la première moitié des années 80, au micro de la radio transalpine Kiss Kiss :

“Si Milik reste au Napoli après le mercato de janvier, il ne pourra pas prendre part au championnat d'Europe avec la Pologne. Sa situation me surprend et je comprends le Napoli (qui ne le fait pas jouer car il refuse de prolonger), qui a beaucoup aidé le joueur par le passé. Je crois que ses agents pourraient se comporter un peu mieux. La situation de Milik me met en colère. Si j'avais été son agent, je me serais comporté de façon différente, pour ne pas arriver à ce niveau."

Pour résumer

Le président de la Fédération polonaise a rappelé à Arkadiusz Milik qu'il avait intérêt à quitter le Napoli cet hiver s'il voulait prendre part à l'Euro en juin.

Raphaël Nouet
Rédacteur
Raphaël Nouet