OM - Mercato : Nagatomo pose un premier problème à Villas-Boas
Yuto NagatomoCredit Photo - Icon Sport
par Bastien Aubert
CONCURRENCE

OM - Mercato : Nagatomo pose un premier problème à Villas-Boas

Recruté cette semaine pour être la doublure de Jordan Amavi, Yuto Nagatomo (33 ans) n’aurait pas spécialement l’intention de faire le nombre à l’OM.

En recrutant un compétiteur de la trempe de Yuto Nagatomo, l’OM a sans doute mis la main sur un gagneur qui va impulser sa philosophie dans le vestiaire marseillais. Après avoir porté haut les couleurs de l’Inter Milan et de Galatasaray, le latéral gauche nippon (33 ans) se donne un dernier challenge en Europe et a signé à Marseille pour un an. André Villas-Boas a déjà assuré en public qu’il viendrait pour être la doublure de Jordan Amavi. Cela signifierait doonc que Nagatomo est le numéro 2 de départ aux yeux du technicien portugais.

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITE DE l'OM

« Nagatomo va poser des problèmes au niveau de la concurrence »

Problème : l’ancien Nerazzurro n’a aucune envie de jouer le rôle de fair-valoir à l’OM. Cela n’est tout simplement pas dans ses gênes. « J'ai lu que Villas-Boas le faisait venir dans un rôle de doublure pour seconder Jordan Amavi, assure à La Provence l’ancien préparateur du Japon Cyril Moine. Yuto fera tout pour gagner sa place, il ne va pas se contenter de rester assis sur le banc. Il va poser des problèmes au niveau de la concurrence car c'est un vrai compétiteur. Ce n'est pas le style à venir en préretraite au soleil... »

L’actuel préparateur physique du FC Nantes a confirmé que Nagatomo avait un quotidien qui lui permettait de rester en bonne forme. « Ça fait un moment que je ne l'ai plus vu, mais avec nous, il était très endurant, avec une belle explosivité, capable de sauter très haut et d'accélérer très fort. Il a une hygiène de vie hors du commun, il s'entraîne et s'entretient beaucoup, fait attention à son alimentation, poursuit-il. Être aussi pointilleux que lui dans tous les domaines, sur et en dehors du terrain, ça reste exceptionnel. Et pour un coach, c'est un vrai bonheur. »