Album photo

OM : le top 5 des pires fins de saison depuis 25 ans

Zapping But! Football Club Ligue 1 : top 10 du bilan financier des clubs
1/5
 - OM : le top 5 des pires fins de saison depuis 25 ans

Icon Sport

Saison 2004-05

L'après-Dogba a été très difficile à vivre pour l'OM. Avec les 37,5 M€ récupérés suite au transfert de l'Ivoirien à Chelsea, les dirigeants ont empilé les noms, dont celui de Lizarazu, qui ne restera que six mois, mais n'ont pas réussi à former une équipe. José Anigo débute la saison sur le banc, Albert Emon prend le relais avant que Philippe Troussier ne débarque. Sous l'impulsion du "Sorcier Blanc", les Marseillais remontent à la 2e place, qu'ils occupent encore au soir de la 30e journée malgré une défaite à Monaco. Ensuite, c'est la dégringolade : 8 matches sans victoire (4 nuls, 4 revers) et une 5e place finale.

2/5
 - OM : le top 5 des pires fins de saison depuis 25 ans

Icon Sport

Saison 1997-98

On n'en parle pas souvent mais le gadin de cette saison-là, qui a vu le RC Lens (tiens, tiens) remporter son premier et pour l'instant seul titre de champion, est spectaculaire. Au soir d'une large victoire à Toulouse (4-0) lors de la 26e journée, l'OM est premier. Et vu que tous les favoris se prennent les pieds dans le tapis, l'espoir d'aller au bout est grand. Mais sur le banc, il y a Rolland Courbis, un entraîneur de coups qui perd ses moyens sur la durée. Sur les 8 dernières journées, l'OM ne gagne qu'un match (Bastia), perd à Metz (2-3) futur dauphin, ne parvient pas à battre le PSG (0-0) pour l'inauguration du nouveau Vélodrome et rétrograde à la 4e place. Avec la sensation qu'il y avait beaucoup mieux à faire vu l'effectif déjà en place (Köpke, Gallas, Blanc, Ravanelli, Dugarry, Makélélé, etc)...

3/5
 - OM : le top 5 des pires fins de saison depuis 25 ans

Icon Sport

Saison 2017-18

Le clone de 1998-99 en moins grave car l'OM ne jouait pas le titre. Les hommes de Rudi Garcia chassent pendant tout le printemps une place en Champions League et l'Europa League. Ils sortent des matches de folie en Europe (Leipzig, Salzbourg) mais perdent tous les sommets en Ligue 1 (0-3 au Parc, 2-3 contre l'OL). La défaite contre Lyon au Vélodrome le 18 mars fait très mal car subie dans les arrêts de jeu après que Mitroglou a égalisé à la 84e. Et puis, il y a le 0-3 à Lyon contre l'Atlético avec ce raté de Germain d'entrée et ce contrôle loupé de Zambo sur l'ouverture du score. Les supporters marseillais voulaient tout casser chez Jean-Michel Aulas mais se sont leurs espoirs qui volent en éclat avec une 4e place finale en L1 malgré 77 points et la défaite en finale de C3.

4/5
 - OM : le top 5 des pires fins de saison depuis 25 ans

Icon Sport

Saison 2014-15

La déception fut à la hauteur de l'espoir suscité par une première partie de saison exceptionnelle. Sous les ordres de Marcelo Bielsa, les Olympiens réalisent six premiers mois emballants avec des victoires haut de gamme à Reims (5-0), contre Saint-Etienne (2-1) ou encore face à Bordeaux (3-1). Champion d'automne, l'OM va redescendre de son nuage dès le changement d'année. Les joueurs n'en peuvent plus de l'exigence d'El Loco et vont relâcher la pression jusqu'à terminer 4es malgré quatre victoires pour terminer. Une fois de plus, l'impression de gâchis est aussi énorme.

5/5
 - OM : le top 5 des pires fins de saison depuis 25 ans

Icon Sport

Saison 1998-99

Le gâchis ultime. Et sans doute un tournant dans l'histoire du club. Car s'il avait remporté le championnat et la Coupe de l'UEFA comme il était bien parti pour le faire, l'OM aurait sans doute dominé la scène nationale pendant des années, tuant dans l'œuf la montée en puissance de l'OL. Fort d'un effectif presque "qatari" pour l'époque tant il était plus talentueux et dense que l'adversité, Rolland Courbis réalise le tour de force de tout perdre avec des choix très contestables (aligner des remplaçants en Coupe à Lens, sortir Dugarry et Maurice alors qu'il mène 1-0 à Paris, se faire surprendre par Baup à Bordeaux). Il ne remporte aucun grand match en L1 (Bordeaux, Paris, Lyon) et prend une rouste en finale de l'UEFA face à un Parme ayant abusé des transfusions sanguines. La fête aurait dû être totale pour le centenaire du club, ce fut une immense déception...