Album photo

Comme Aubameyang, leurs opinions politiques leur ont été reprochées

Zapping But! Football Club Ligue des Champions : le top 10 des meilleurs buteurs de l'histoire
1/8
 - Comme Aubameyang, leurs opinions politiques leur ont été reprochées

Icon Sport

Pierre-Emerick Aubameyang

Le Gabon traverse une période très délicate de son histoire contemporaine avec le renversement du président, Ali Bongo. Pierre-Emerick Aubameyang était et demeure un soutien fidèle du dirigeant, ce qui lui vaut de sérieuses critiques dans son pays. Mais l'attaquant de l'OM n'est pas le premier ni le dernier footballeur dont les prises de position politique (ou l'absence de prise de position) sont critiquées...

2/8
 - Comme Aubameyang, leurs opinions politiques leur ont été reprochées

Icon Sport

Pelé

Le Roi a toujours affirmé qu'il y avait deux personnalités en lui : Edson Arantes do Nascimento et Pelé. Et ce dernier était apolitique, lisse au possible. Il n'a rien dit quand la dictature militaire a pris le pouvoir au Brésil en 1964, ni quand les leaders politiques l'ont retenu contre son gré malgré des propositions faramineuses de clubs européens. Dommage pour lui car quand on voit la popularité d'un Socrates, qui a milité pour le retour de la République avec les Corinthians, on se dit que Pelé, décédé le 29 décembre 2022, aurait pu acquérir une dimension supplémentaire.

3/8
 - Comme Aubameyang, leurs opinions politiques leur ont été reprochées

Icon Sport

Johan Cruyff

La légende raconte qu'il a prénommé son fils Jordi, né en 1974, car c'était très populaire en Catalogne mais que c'était interdit par le régime de Franco. La Phalange faisait en effet la guerre à tout ce qui était régionalisme (langue, prénoms originaux, etc), notamment au Pays basque et en Catalogne. Il paraît aussi qu'il a refusé de jouer la Coupe du monde 78 car il ne cautionnait pas la dictature argentine. Mais dans ce dernier cas, on sait que ce n'était pas vrai. C'est juste qu'Adidas, qui équipait les Pays-Bas, avait refusé de lui faire un maillot à deux bandes, comme en 1974, lui qui était sous contrat avec Puma. Très opportuniste, Johan Cruyff était du genre à faire passer le business avant ses idées politiques. Mais, aussi adroit sur le terrain comme en dehors, il faisait croire le contraire...

4/8
 - Comme Aubameyang, leurs opinions politiques leur ont été reprochées

Icon Sport

Diego Maradona

El Diez était le chantre de l'anti-capitalisme. Il ne manquait jamais une occasion de critiquer les Etats-Unis, en s'affichant aux côtés de Fidel Castro ou en se faisant tatouer le visage de Ché Guevara. Sauf qu'il prenait volontiers l'argent des sponsors américains. Ce n'était pas la seule contradiction de l'Argentin. Ce qui est certain, c'est que, né dans une famille très pauvre, il était clairement de gauche... et qu'il était logiquement dragué par tous les politiques de son pays tant sa voix comptait pour ses compatriotes.

5/8
 - Comme Aubameyang, leurs opinions politiques leur ont été reprochées

Icon Sport

Robbie Fowler

Le 20 mars 1997, à l'occasion d'un quart de finale de Coupe des Coupes contre Brann Bergen (3-0) à Anfield, Robbie Fowler soulève son maillot après un but et dévoile un tee-shirt en soutien aux dockers de la ville. Né à Toxteth, quartier ouvrier très chaud de Liverpool, l'attaquant veut ainsi soutenir la grève des dockers. Steve McManaman, autre enfant de la cité portuaire, porte le même tee-shirt ce soir-là, sur lequel on peut lire que 500 salariés ont été virés ces dernières années. Un chiffre terrible pour une ville au taux de chômage très élevé. Les foudres médiatiques s'abattent sur Fowler (mais pas McManaman). Dans le monde aseptisé du foot, cette prise de position ne passe pas. John Barnes, capitaine de Liverpool, conseille à son jeune coéquipier de "se concentrer sur le football et de laisser la politique aux politiciens".

6/8
 - Comme Aubameyang, leurs opinions politiques leur ont été reprochées

Icon Sport

Zinédine Zidane

Quoi, l'icone française au language toujours aseptisé aurait pris position en politique ? Pas vraiment. Mais le champion du monde 98 s'est tout de même vu reprocher son engagement avec le Qatar pour faire la promotion de la Coupe du monde 2022. Le Qatar, sa corruption généralisée jusqu'aux sommets du parlement européen, son désastre écologique pour un mois de football, les droits de l'Homme pas respectés... Notons qu'à partir du moment où les critiques ont été virulentes en France (aux alentours de 2021), Zinédine Zidane a pris ses distances avec l'émirat, refusant d'ailleurs d'entraîner le PSG.

7/8
 - Comme Aubameyang, leurs opinions politiques leur ont été reprochées

Icon Sport

David Beckham

On peut être ambassadeur du mouvement LGBT d'un côté et prendre l'argent de pays où la peine de mort est requise contre les homosexuels de l'autre. David Beckham a vu son image largement écornée au Royaume-Uni ces derniers mois pour avoir noué des liens économiques avec le Qatar et l'Arabie Saoudite pour en faire la promotion. Sans surprise, il n'est plus ambassadeur de la cause LGBT...

8/8
 - Comme Aubameyang, leurs opinions politiques leur ont été reprochées

Icon Sport

Neymar Jr

Jair Bolsonaro a pu compter sur le soutien sans faille de Neymar Jr lors de la campagne présidentielle de 2022. Cela n'a pas suffi puisque c'est Lula qui a été élu. Qu'est-ce qui a bien pu pousser l'attaquant a soutenir un raciste partisan de la déforestation en Amazonie et de la légalisation des armes à feu ? La même chose que ses transferts au PSG en 2017 et en Arabie Saoudite cet été : l'argent ! Bolsonaro avait promis un cadeau fiscal à Neymar Jr, qui a des démêlés avec le fisc brésilien. Doté d'un immense talent, le joueur formé à Santos n'a hélas pas une réflexion au même niveau...