AS Monaco – PSG (3-2) : Paris retourné, de gros doutes avant Leipzig ?
Kévin Volland, bourreau du PSGCredit Photo - Icon Sport
par Alexandre Corboz
ANALYSE

AS Monaco – PSG (3-2) : Paris retourné, de gros doutes avant Leipzig ?

Après avoir mené 2-0 à la pause, le Paris Saint-Germain a flanché ce vendredi soir sur la pelouse de l'AS Monaco (2-3). De quoi amener quelques inquiétudes avant le choc face au RB Leipzig ?

Une mauvaise note qui va amener de la fébrilité

S'il est difficile de tirer des enseignements d'un match arrivant 48 heures seulement après une trêve internationale où de nombreux joueurs de l'effectif de Thomas Tuchel étaient sollicités, on notera quand même la fragilité du PSG, capable d'afficher deux visages diamétralement opposés entre un premier acte à 100% maîtrisé et une déliquescence totale au retour du vestiaire. A Louis II, Paris menait 2-0 à la pause et la note aurait pu être plus salée sans l'excès de zèle de Clément Turpin au moment d'invalider un but de Moise Kean. Il est inconcevable qu'une équipe avec autant d'expérience se fasse retourner de la sorte. Cela risque d'amener de la fébrilité avant la réception décisive du RB Leipzig.

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DU PARIS SAINT-GERMAIN

Mbappé en jambe, Neymar pas encore au top

Thomas Tuchel l'avait dit, Kylian Mbappé est bien remis et il a des jambes. Lancé par Angel Di Maria, le natif de Bondy a ouvert la marque face à son club formateur d'une jolie frappe sèche (26e) avant de doubler la mise sur penalty (37e). Le natif de Bondy a même vu triple pour son 100e but avec Paris mais la VAR lui a refusé pour un hors-jeu au départ de l'action (44e). Les autres bonnes nouvelles offensives de la soirée sont le retour de Neymar, qui a joué une grosse demi-heure (bien que loin de son meilleur niveau) et la bonne prestation d'Angel Di Maria malgré son long voyage en Amérique du Sud. En revanche, Pablo Sarabia a été très moyen et Moise Kean très malheureux.

Paris Marquinhos dépendant derrière

Battu seulement trois fois lors des dix premières journées, la défense du PSG a complètement pris l'eau lors du second acte... Doublant son total de buts concédés en championnat. Exclu logiquement pour avoir ceinturé Kévin Volland (83e), Abdou Diallo fut l'un des symboles de cette défaillance. Le panzher allemand, auteur d'un doublé, a vraiment profité des errements de l'axe central et du mauvais alignement des latéraux (Kurzawa sur le premier but...), pour s'offrir sa plus grosse performance depuis son arrivée à l'ASM. Privée de Marquinhos, l'arrière-garde francilienne manque d'équilibre. Heureusement, le capitaine – qui a été ménagé sur ce match – sera bien là contre Leipzig.