OL - PSG (2-4) : Daniel Riolo apporte un gros point noir au récital parisien
Neymar (PSG)Credit Photo - Icon Sport
par Bastien Aubert
RELÂCHEMENT

OL - PSG (2-4) : Daniel Riolo apporte un gros point noir au récital parisien

Le PSG a fait exploser l’OL dimanche en clôture de la 30e journée de Ligue 1 (4-2). Daniel Riolo reste positif mais souligne un décrochage pour le moins inexplicable.

Zapping But! Football Club Bordeaux, PSG, OM, OL, ASSE : le top 10 des meilleurs buteurs de Ligue 1 en activité

La montagne a accouché d’une souris hier entre l’OL et le PSG (2-4). Les champions de France ont été bien trop forts face à des Gones qui ont péché dans l’impact physique et ont été mis au supplice par les jambes de feu de Kylian Mbappé. Daniel Riolo a reconnu la large supériorité du PSG et lui donne déjà rendez-vous après la trêve internationale début avril contre le LOSC. 

« C’était un tournant important dans la saison. Il y a trois jours, même si ce n’était pas de la Ligue 1, le PSG avait malmené Lille. Là, ils entrent dans la période importante. Les grandes équipes, c’est à partir de maintenant qu’elles se voient. A partir de la début mars, c’est là que ça se joue quand les équipes sont collées, a-t-il analysé au micro de RMC Sport. Le PSG, en trois jours, il a corrigé deux concurrents directs. Il faudra confirmer contre Lille après la trêve. Mais là, c’est une énorme claque dans la gueule des Lyonnais. »

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DU PSG

« Cette décompression est-elle naturelle ? En tout elle n’est pas normale »

Le célèbre consultant tient aussi à souligner le relâchement des joueurs du PSG, qui ont encaissé deux buts dans le money time de manière assez inexplicable. « Le PSG a été largement supérieur à l’OL pendant au moins 60 minutes. Ils auraient même pu les enfoncer encore plus. Est-ce que cette décompression est naturelle ? En tout elle n’est pas normale, a-t-il soufflé. Le PSG aurait pu gérer le 4-0. Encaisser ces deux buts, ce n’est pas normal. Mais à 90% ultra positif. Le pressing, la façon dont l’équipe est montée avec Gueye et Danilo, les deux ont été bons. Tous ont dégagé une force physique, technique, collective. Franchement, ils les ont déglingués ! Mbappé, sérieux, qui ne fait pas chichis. Et puis Kean a totalement relégué Icardi derrière lui. Il a plus d’activité, il propose plus dans le jeu, il libère des espaces, permet au bloc de jouer plus haut. »