OM - PSG (0-2) : Pochettino s’est acheté un problème contrariant à Marseille
Mauricio Pochettino (PSG)Credit Photo - Icon Sport
par Bastien Aubert
COACHING

OM - PSG (0-2) : Pochettino s’est acheté un problème contrariant à Marseille

En sortant Pablo Sarabia après l’avoir fait entré en plein match, Mauricio Pochettino n’a pas fait preuve d’une très grande psychologie face à l’OM (2-0).

Zapping But! Football Club PSG, FC Barcelone, Real Madrid : les 10 joueurs les mieux payés en 2020

Il n’y a pas eu trop de suspense dimanche au Vélodrome entre l’OM et le PSG pour le 100e Classique de l’Histoire. Après deux buts inscrits dans la première demi-heure de jeu, les hommes de Mauricio Pochettino ont contrôlé le match en contenant les velléités offensives brouillonnes de ceux de Nasser Larguet (2-0).

« Au final, les Parisiens l’ont emporté plus facilement que ne l’indique le score, même si Marseille n’a pas fait un mauvais match. Au niveau de la dernière passe et de la finition, c’est trop pauvre même pour battre un gardien aussi fébrile que Rico, a analysé Pierre Ménès sur son blog avant de se réjouir pour le buteur Kylian Mbappé. Parti de ses six mètres, l’attaquant français est alors monté jusqu’à 36 km/h pour s’imposer devant Sakaï  et battre Mandanda. Cela faisait longtemps qu’on n’avait pas vu Kylian aussi bien physiquement. À neuf jours de Barcelone, le timing est parfait. »

VOIR AUSSI : TOUTE l'ACTUALITE DU PSG

Sarabia avait le masque à sa sortie au Vélodrome

Ce qui est moins parfait pourrait venir du coaching opéré par l’entraîneur du PSG. Après avoir fait entrer Pablo Sarabia pour remplacer le blessé Angel Di Maria (11e), Pochettino l’a en effet sorti en fin de match en le remplaçant par Moise Kean (87e). Le milieu offensif espagnol semblait dépité, ce qu’Habib Beye a remarqué et fustige avant le choc des 8es de finale de la Ligue des champions contre le FC Barcelone. « Pochettino s’est acheté un problème, a-t-il tonné au micro de Canal+. Ce n’est pas top de changer Sarabia à la 87e minute, il aurait pu le laisser jusqu’à la fin. C’est une erreur dans le management. »