par Benjamin Danet
POINT DE VUE

OM-PSG - l'oeil de Denis Balbir : "des statuts de divas à Paris, un monstre confirme à Marseille"

Comme chaque semaine, sur notre site, Denis Balbir décrypte l'actualité footballistique. Premier volet, cette semaine, la rencontre ayant opposé l'OM au PSG. Avec, notamment, de nouvelles déceptions dans les rangs parisiens et de l'espoir côté marseillais.

Zapping But! Football Club Bordeaux, PSG, OM, OL, ASSE : le top 10 des meilleurs buteurs de Ligue 1 en activité

"Le Classico à la française disputé dimanche soir au stade Vélodrome aura permis de confirmer les qualités et les faiblesses du moment des deux équipes. D'un côté une formation courageuse et batailleuse, celle de l'OM, et de l'autre une équipe qui n'en est pas vraiment une avec des stars qui s'ajoutent sans que cela constitue un véritable effectif.


A Paris, et je ne trouve ça même plus incompréhensible, on a vu un Neymar transparent, qui, au fil des semaines, n'est plus que l'ombre de lui-même. On a également vu Messi, considéré des années durant et à juste titre comme le meilleur joueur du monde et qui doit, sans doute, se trouver beaucoup trop fort pour la Ligue 1. Le souci, c'est que Messi n'accomplit plus le moindre effort et que cela finit forcément par sauter aux yeux. Parmi les quatre réputés fantastiques, il n'est au fond que Mbappé qui surnage, le seul qui est capable de répéter les efforts et qui montre au moins une certaine volonté d'aller au bout des choses. Di Maria est encore trop sur courant alternatif, trop irrégulier, pour que je le critique fortement ou l'encense. 

Je lis et entends souvent que le problème viendrait de Mauricio Pochettino et que si le PSG est aujourd'hui un grand club et pas encore une grande équipe, c'est parce qu'il n'arrive pas à les faire jouer ensemble. Je ne le crois pas. Je pense au contraire que le problème de Neymar, de Messi ou même de Di Maria, ce sont leurs statuts. Qu'ils ont tous de bons contrats, qu'il sont des stars du football moderne et qu'il n'est personne dans ce club, je pense à la direction, pour leur rappeler certaines choses, à commencer par leurs devoirs.

Je constate également que ces statuts et les comportements de divas ont toujours existé au PSG depuis l'arrivée des Qataris et qu'aucun entraîneur n'est parvenu à faire comme si tout le monde était logé à la même enseigne. C'est à cause de ce manque d'investissement, en raison de ces efforts qui ne sont pas effectués, que le PSG ne montre aucune marge face à certaines équipes. Certes, Paris était réduit à 10 hier soir, mais a-t-on vraiment vu une immense différence à onze contre onze ? A-t-on vu un écart technique abyssal entre une formation parisienne composée de stars et celle de l'OM ? Non. Tant que personne ne dira rien, Paris continuera à avoir des stars, mais pas de bloc équipe. Et si ça suffit en Ligue 1, ca ne sera pas le cas en Ligue des Champions lorsqu'il faudra affronter certains cadors.


"William Saliba, si il continue comme ça, pourra bientôt prétendre à quelque chose en équipe de France. Je l'ai trouvé monstrueux face au PSG, même si je sais de ce que ce joueur est capable depuis sa fin de formation à Saint-Etienne."
 

Du côté de l'OM, je le disais au début, on a vu à quel point cette formation était généreuse. En dépit de la fatigue et des matches qui s'enchaînent. Je voudrais à ce sujet mettre en exergue trois personnages côté phocéen. William Saliba, tout d'abord qui, si il continue comme ça, pourra bientôt prétendre à quelque chose en équipe de France. Je l'ai trouvé monstrueux face au PSG, même si je sais de ce que ce joueur est capable depuis sa fin de formation à Saint-Etienne. Saliba avait tout d'un crack il y a encore quelques temps et je trouve qu'il est en train de confirmer à Marseille. J'aimerais aussi souligner la nouvelle bonne performance de Pau Lopez qui, contrairement à ce que je pensais au début, montre à quel point il mérite une place de titulaire.

Comme beaucoup de gens j'ai été peiné de voir Steve Mandanda sorti de la sorte, mais reconnaissons que Sampaoli a eu raison. Un entraîneur souvent critiqué et qui montre, tout de même, qu'il ne se trompe pas dans certains de ses choix. Car outre Pau Lopez, ce qui était fort, il est aussi en passe de remettre en selle Caleta-Car, ce qui était loin d'être gagné il y a quelques semaines. Avec un effectif de qualité, Sampaoli a vraiment les moyens d'envoyer l'OM en Ligue des Champions la saison prochaine. Le match d'hier soir n'a fait que le confirmer."
 

Pour résumer

Comme chaque semaine, sur notre site, Denis Balbir décrypte l'actualité footballistique. Premier volet, cette semaine, la rencontre ayant opposé l'OM au PSG. Avec, notamment, de nouvelles déceptions dans les rangs parisiens et de l'espoir côté marseillais.

Benjamin Danet
Rédacteur
Benjamin Danet