PSG – Basaksehir (5-1) : décryptage du choix tactique gagnant de Thomas Tuchel
PSG - BasaksehirCredit Photo - Icon Sport
par Stéphane Tan
ANALYSE

PSG – Basaksehir (5-1) : décryptage du choix tactique gagnant de Thomas Tuchel

Le temps d'une soirée, le Paris Saint-Germain a fait oublier les évènements déplorables de ce PSG - Basaksehir qui restera dans l'histoire comme un moment fort dans la lutte contre le racisme. Aligné en 3-5-2, les joueurs parisiens ont justifié le choix tactique de Thomas Tuchel. Analyse.

Zapping But! Football Club PSG : le calendrier complet de la saison 2020-2021

PSG – Istanbul Basaksehir FK, acte 2. Retour au sportif ce mercredi soir après une triste soirée historique la veille au Parc des Princes. Grâce au succès du RB Leizig face à Manchester United (3-2), le Paris SG s’est vu enlever une certaine pression. Le club de la Capitale était assuré d’entrevoir lez 8èmes de finale de la Ligue des Champions. Dès lors, l’enjeu de cette rencontre avait pour but de glaner la première place du groupe H. La promesse d’éviter certains poids lourds de la scène européenne, même si le risque de rencontrer certains cadors était présent (FC Barcelone, Atlético de Madrid ou Salzbourg, Mönchengladbach, Shakhtar, Real Madrid ou Inter).

VOIR AUSSI : TOUTE L’ACTUALITÉ DU PSG

Le 3-5-2, un système viable ?

Alors qu’on pouvait s’attendre à un PSG aligné en 4-3-3 voir en 4-4-2 pour permettre à Angel Di Maria de réintégrer le onze de départ, c’est dans un 3-5-2 que le club parisien s’est présenté. Un dispositif tactique dans lequel les hommes de Thomas Tuchel ont souvent évolué ces derniers temps (25 min face à Leipzig et MU, 90 min contre Montpellier). Un système qui permet notamment au PSG de mieux contrôler la possession avec la présence de manieur de ballon dans l’entrejeu (Verratti, Paredes), mais surtout de pouvoir décharger le duo Mbappé-Neymar des tâches défensives grâce à l’apport des latéraux (Florenzi, Bakker).

Un pressing de tous les instants pour bloquer la relance de l’adversaire et récupérer le ballon, de nombreuses solutions pour se défaire du pressing adverse… Voici comment résumer les principaux mouvements du PSG dans ce système. Les hommes de Thomas Tuchel ont démontré leur parfaite maîtrise de ce système ce mercredi soir face à une équipe totalement dépassée de l’Istanbul Basaksehir.

Neymar brillant, fin de la disette pour Mbappé

La franche réussite de ce choix tactique, Thomas Tuchel le doit bien évidemment à ses joueurs qui ont fait preuve de rigueur et de discipline, mais cette décision du tacticien allemand a été sublimée par la classe et le talent de Neymar. Dans son jardin du Parc des Princes, le Brésilien a livré une prestation XXL. Son premier but illustre tout le génie du numéro 10 parisien. Prise de balle pour se mettre dans le sens de la marche, petit pont, enroulé d’une précision chirurgicale. Du grand Neymar. Le joueur de 28 ans a été au four et au moulin. A la finition avec son triplé, mais également à la passe.

Si le maestro brésilien a terminé la rencontre sans passe décisive, on pourra quand même lui créditer son joli geste d’avoir laissé tirer le penalty à Kylian Mbappé, lui permettant ainsi de mettre fin à sa disette en Ligue des Champions. Le dernier but du champion du monde français remontait à presque un an jour pour jour. C’était le 11 décembre 2020 face à Galatasaray (5-0). Si l’attaquant de 21 ans a terminé la partie avec un doublé, il aurait pu imiter son coéquipier avec plus d’efficacité devant les buts du club turc. Si la complicité du duo Neymar-Mbappé n’est plus à prouver, son efficacité reste à perfectionner.

PSG - Basaksehir, match historique dans la lutte contre le racisme

Grâce à ce large succès (5-1), le PSG parachève de la meilleure des manières sa phase de poules retour avec un trois sur trois. Thomas Tuchel peut être fier de la réaction de son groupe et de l’état d’esprit affiché, qui rappelle celui entrevu lors du Final 8 à Lisbonne. Grâce à cette belle démonstration collective, le PSG peut savourer, mais ne devra pas se reposer sur ses acquis.

Ce mercredi soir, le Paris Saint-Germain a donné du baume au cœur à ses supporters. Mais il ne faudra pas oublier que ce PSG – Basaksehir a tristement marqué l’histoire par les évènements de la veille. Le geste fort et symbolique des deux équipes devra servir à faire avancer la lutte contre le racisme.

Le 3-5-2, un système viable ?

Alors qu’on pouvait s’attendre à un PSG aligné en 4-3-3 voir en 4-4-2 pour permettre à Angel Di Maria de réintégrer le onze de départ, c’est dans un 3-5-2 que le club parisien s’est présenté. Un dispositif tactique dans lequel les hommes de Thomas Tuchel ont souvent évolué ces derniers temps (25 min face à Leipzig et MU, 90 min contre Montpellier). Un système qui permet notamment au PSG de mieux contrôler la possession avec la présence de manieur de ballonndanz l’entrejeu (Verratti, Paredes), mais surtout de pouvoir décharger le duo Mbappé-Neymar des tâches défensives grâce à l’apport des latéraux (Florenzi, Bakker).

Un pressing de tous les instants pour bloquer la relance de l’adversaire et récupérer le ballon, de nombreuses solutions pour se défaire du pressing adverse… Voici comment résumer les principaux mouvements du PSG dans ce système. Les hommes de Thomas Tuchel ont démontré leur parfaite maîtrise de ce système ce mercredi soir face à une équipe totalement dépassée de l’Istanbul Basaksehir.

Neymar brillant, fin de la disette pour Mbappé

La franche réussite de ce choix tactique, Thomas Tuchel le doit bien évidemment à ses joueurs qui ont fait preuve de rigueur et de discipline, mais cette décision du tacticien allemand a été sublimée par la classe et le talent de Neymar. Dans son jardin du Parc des Princes, le Brésilien a livré une prestation XXL. Son premier but illustre tout le génie du numéro 10 parisien. Prise de balle pour se mettre dans le sens de la marche, petit pont, enroulé d’une précision chirurgicale. Du grand Neymar. Le joueur de 28 ans a été au four et au moulin. A la finition avec son triplé, mais également à la passe.

Si le maestro brésilien a terminé la rencontre sans passe décisive, on pourra quand même lui créditer son joli geste d’avoir laissé tirer le penalty à Kylian Mbappé, lui permettant ainsi de mettre fin à sa disette en Ligue des Champions. Le dernier but du champion du monde français remontait à presque un an jour pour jour. C’était le 11 décembre 2020 face à Galatasaray (5-0). Si l’attaquant de 21 ans a terminé la partie avec un doublé, il aurait pu imiter son coéquipier avec plus d’efficacité devant les buts du club turc. Si la complicité du duo Neymar-Mbappé n’est plus à prouver, son efficacité reste à perfectionner.

PSG - Basaksehir, match historique dans la lutte contre le racisme

Grâce à ce large succès (5-1), le PSG parachève de la meilleure des manières sa phase de poules retour avec un trois sur trois. Thomas Tuchel peut être fier de la réaction de son groupe et de l’état d’esprit affiché, qui rappelle celui entrevu lors du Final 8 à Lisbonne. Grâce à cette belle démonstration collective, le PSG peut savourer, mais ne devra pas se reposer sur ses acquis.

Ce mercredi soir, le Paris Saint-Germain a donné du baume au cœur à ses supporters. Mais il ne faudra pas oublier que ce PSG – Basaksehir a tristement marqué l’histoire par les évènements de la veille. Le geste fort et symbolique des deux équipes devra servir à faire avancer la lutte contre le racisme.