PSG - FC Nantes (1-2) : Pierre Ménès parle d’arnaque et fait une terrible révélation sur les cambriolages
Angel Di Maria (PSG)Credit Photo - Icon Sport
par Bastien Aubert
ANALYSE

PSG - FC Nantes (1-2) : Pierre Ménès parle d’arnaque et fait une terrible révélation sur les cambriolages

Pierre Ménès a analysé la victoire du FC Nantes dimanche face au PSG (2-1) en revenant sur les affaires de cambriolage et séquestration dont ont été victimes Marquinhos et Angel Di Maria.

Zapping But! Football Club PSG : la rétrospective de l'année 2020 des Parisiens

Le FC Nantes a décroché hier à Paris une victoire ô combien surprenante et importante dans la course au maintien. En s’imposant face au PSG le plus logiquement du monde (2-1), les Canaris ont repris leur destin en main et occupent désormais une place de barragistes devant Nîmes et Dijon. Pierre Ménès est revenu sur ce succès en évoquant le penalty non sifflé en faveur du FC Nantes en première période.

« Nantes aurait pu ouvrir le score si le penalty évident pour la faute de Kimpembé sur Kolo Muani avait été accordé. Ce qui, de façon incompréhensible, n’a pas été le cas, a-t-il tonné sur son blog. Voilà une énième démonstration de l’incompétence arbitrale. Entre monsieur Abed sur le terrain et les zozos de la VAR, il n’y en pas un qui a été foutu de prendre la bonne décision alors que, sur le plateau du CFC, nous étions sept à donner péno sur cette action. Quelque part, la victoire nantaise compense cette arnaque… »

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DU PARIS SAINT-GERMAIN

« Ma femme a fait une dépression »

Le consultant est aussi revenu sur les affaires de cambriolage dont ont été victimes les familles d’Angel Di Maria et Marquinhos pendant le match. « Cette défaite est évidemment inadmissible pour Paris. Mais, selon les informations dont on dispose au moment où j’écris ce post, il semblerait que les joueurs parisiens aient été mis au courant à la mi-temps que deux d’entre eux avaient été cambriolés, a-t-il poursuivi. Cela explique l’intervention de Leonardo et la sortie précipitée de Di Maria. D’autant qu’il pourrait s’agir d’un cambriolage avec séquestration puisqu’avec le couvre-feu, tout le monde est supposé être chez soi. Ce n’est en aucun cas une excuse mais ça constitue peut-être une explication. Revenir sur la pelouse avec cette information a dû perturber l’ensemble de l’équipe. » Ce même Ménès connaît bien la situation et en a profité pour apporter tout son soutien à Di Maria. « Je compatis à la douleur d’Angel et des siens. Il n’y avait aucune malice dans mes propos surtout que j’ai été cambriolé 2 fois en 2019 et que ma femme a fait une dépression », a-t-il révélé.