PSG : la magnifique confession de Buffon sur sa boulette contre MU
Gianluigi BuffonCredit Photo - Icon Sport
par Raphaël Nouet
MEA CULPA

PSG : la magnifique confession de Buffon sur sa boulette contre MU

Retourné à la Juventus Turin après une seule saison au PSG (2018/19), Gianluigi Buffon est revenu sur sa faute de main lors du célèbre 8e de finale retour de Champions League contre Manchester United. Et fait son mea culpa.

Zapping But! Football Club PSG : le bilan de Thomas Tuchel comparé à ses prédécesseurs

Gianluigi Buffon a vécu une saison très contrastée au PSG, en 2018/19, mais pas de quoi entacher sa formidable carrière. Il faut que dire que le gardien quadragénaire, qui est retourné à la Juventus Turin, où il joue désormais les doublures, est aussi classe sur le terrain que dans ses propos. Ainsi, invité par L'Equipe à revenir sur sa faute de main ayant conduit à l'élimination dramatique contre Manchester United en 8es de finale de la Champions League (2-0 ; 1-3), il a fait son mea culpa sans chercher à accabler qui que ce soit d'autres.

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DU PARIS SAINT-GERMAIN

"Mentalement, je n'ai pas été le Gigi habituel"

« Ce match, j’y repense au moins trois ou quatre fois par semaine. Cela réveille tellement de regrets. J’étais sûr que cette saison-là, on serait arrivé en finale, j’en étais persuadé. Je sentais quelque chose : on arrive en finale, je ne sais pas si on la gagnera, mais on y sera. A Manchester, on gagne un match énorme, avec une démonstration de force énorme. Et malheureusement, je m’impute une erreur incroyable, une erreur que, avec l’expérience que j’avais, je n’aurais pas dû faire : la sérénité, la superficialité presque, d’affronter le match retour comme si c’était une formalité, comme si ce match avait peu de valeur parce que de toute façon, nous avions gagné 2-0 à l’aller et eux, les pauvres, ils avaient deux joueurs disponibles et neuf petits jeunes. »

« Le sport, comme la vie, te fait comprendre que si tu veux y arriver, tu ne peux pas lâcher, même pas une seconde. Mentalement, ce soir-là, dans l’approche du match, dans la concentration, je n’ai pas été le « Gigi » habituel. Je n’ai pas eu la force ou l’énergie de percevoir qu’on préparait ce match de manière très légère. Et peut-être pour ne pas faire le vieux lourd qui saoule tout le monde, je n’ai pas dit : « Oh les gars, on n’y est pas, on n’a pas la bonne mentalité ». Chaque jour je repense à cette intervention que je n’ai pas faite. »