Romain Thomas lors du match PSG-SCO d'Angers
Romain Thomas lors du match PSG-SCO d'AngersCredit Photo - Icon Sport
par Raphaël Nouet
ERREUR

PSG : le SCO d'Angers n'a toujours pas digéré !

Victime d'une énorme erreur d'arbitrage au Parc des Princes il y a deux vendredis, le SCO d'Angers regrette toujours que la Ligue n'ait pas fait quelque chose pour atténuer la défaite (1-2).

Zapping But! Football Club PSG : top 10 des meilleurs buteurs de l'histoire

Depuis sa victoire sur Angers (2-1), le PSG a connu un match renversant contre le RB Leipzig (3-2) en Champions League et un Clasico de feu au Vélodrome (0-0). Le tout entrecoupé d'états d'âme de Neymar, de frasques conjugales de Mauro Icardi, de vol pour Anders Herrera, de pépins physiques pour Marco Verratti, Lionel Messi, Kylian Mbappé… Bref, Paris est passé à autre chose. Mais le SCO, lui, n'a toujours pas digéré sa défaite.

Surtout les conditions de celle-ci, avec ce pénalty obtenu dans les arrêts de jeu par Mauro Icardi alors que c'est l'Argentin qui fait faute au départ. Du coup, le SCO a publié un communiqué plutôt amer ce jeudi, après avoir appris que la commission de discipline retirait un avertissement à l'un de ses joueurs. « Angers SCO prend note du retrait du carton de Pierrick Capelle (PSG-SCO, J10). Cependant, ce retrait ne compensera pas la perte de point consécutive à cette erreur. Angers SCO regrette que sa demande concernant Romain Thomas n’ait pas été suivie, en raison de l’absence de lien direct avec l’erreur d’arbitrage. »

D'un autre côté, si la Ligue faisait rejouer tous les matches au cours desquels il y a eu des erreurs manifestes d'arbitrage, il manquerait des mois dans l'année…

Le SCO ne décolère pas après la défaite face au PSG

La commission de discipline a décidé hier de retirer un avertissement distribué à un joueur du SCO lors de la défaite à Paris (1-2). Le club angevin en a pris acte mais regrette que la LFP n'ait pas pris d'autre décision concernant une défaite marquée par une grosse erreur d'arbitrage.

Raphaël Nouet
Rédacteur
Raphaël Nouet