PSG - OL (2-1) : Messi isolé dans le vestiaire après l’épisode avec Pochettino ?
Lionel MessiCredit Photo - Icon Sport
par Raphaël Nouet
BOUDEUR

PSG - OL (2-1) : Messi isolé dans le vestiaire après l’épisode avec Pochettino ?

Enervé par son remplacement dimanche soir face à l'OL (2-1), Lionel Messi a à peine célébré le but de la victoire, signé Mauro Icardi, pourtant obtenu à la dernière seconde, et est directement rentré aux vestiaires au coup de sifflet final alors que ses coéquipiers allaient célébrer ces trois points avec les ultras.

Zapping But! Football Club PSG : les joueurs en fin de contrat en 2021

Le Paris Saint-Germain commence petit à petit à comprendre que compter Lionel Messi dans ses rangs est autant une chance qu'une contrainte. Pour ce qui est de la partie financière, tout le monde sait combien l'Argentin coûte cher. Mais il y a aussi ses petits caprices, comme son allergie aux remplacements. Au Barça, très peu s'y sont risqués. Et quand ils l'ont fait, ils ont eu droit à des regards noirs et à une défiance de l'attaquant qui sait très bien que si ses dirigeants devaient choisir entre lui et son coach, ce serait vite réglé.

C'est ce qu'a connu Mauricio Pochettino dimanche soir face à l'OL. Au moment de sa sortie, Messi ne l'a pas salué, se contentant d'une moue qui voulait tout dire. Mais La Pulga ne s'est pas arrêtée là. Elle a à peine célébré le but de la victoire de Mauro Icardi dans les arrêts de jeu. Et surtout, au coup de sifflet final, elle a directement regagné les vestiaires, avec d'autres remplaçants, pendant que Kimpembé, Neymar, Marquinhos ou Gueye allaient célébrer ces trois points arrachés de haute lutte avec les ultras.

Tant pis pour la prime d'éthique, Lionel Messi avait un message important à faire passer : on ne le remplace pas.

Messi n'a pas fêté le succès sur l'OL avec les ultras du PSG

Au coup de sifflet final du choc contre l'OL, alors que les piliers de l'équipe se sont massés devant le virage Auteuil pour fêter la victoire (2-1), Lionel Messi est rentré directement aux vestiaires. L'Argentin n'avait toujours pas digéré son remplacement.

Raphaël Nouet
Rédacteur
Raphaël Nouet