PSG - RB Leipzig (1-0) : les 3 enseignements d'une victoire laborieuse
Neymar face au RB LeipzigCredit Photo - Icon Sport
par Raphaël Nouet
DANS LE DUR

PSG - RB Leipzig (1-0) : les 3 enseignements d'une victoire laborieuse

Le PSG a difficilement battu le RB Leipzig (1-0) grâce à un pénalty de Neymar en début de match. Une victoire essentielle source d'enseignements pour Thomas Tuchel.

Verratti est fondamental

Pendant 83 minutes, le Paris Saint-Germain a livré un brouillon de match, une horreur dans le jeu, indigne d'un vice-champion d'Europe. Et puis, Thomas Tuchel a lancé Marco Verratti et, comme par enchantement, tout est allé mieux. Ou moins pire. Le milieu de terrain italien est vital pour le jeu parisien. C'est lui qui fait le liant entre la défense et l'attaque, lui qui contrôle le rythme de la partie, fait en sorte que le PSG ait la possession. Avant sa rentrée, le RB Leipzig monopolisait le cuir devant des Parisiens repliés en défense. Surréaliste. Si le club de la capitale veut aller loin dans la compétition, il va lui falloir croiser les doigts pour que les blessures épargnent son petit milieu de terrain.

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DU PARIS SAINT-GERMAIN

Vite, un retour des 4 Fantastiques !

Ce soir, Thomas Tuchel a fait jouer son équipe en 3-4-3 avec Angel Di Maria à droite de l'attaque, Kylian Mbappé en pointe et Neymar à gauche. Et le moins qu'on puisse dire, c'est que les deux superstars n'ont pas été à leur avantage, surtout le champion du monde. Il serait temps que le technicien allemand revienne à un 4-4-2 des plus classiques permettant de mettre en valeur les fameux 4 Fantastiques. Bon, OK, Mauro Icardi n'est clairement pas un super-héros mais Moise Kean a les moyens d'enfiler le costume. Avec Di Maria à droite, Neymar à gauche (ou inversement), Kean et Mbappé en pointe, le PSG aurait une autre gueule. Parce que celui de ce soir…

Danilo au milieu

La conséquence directe du retour en 4-4-2 serait la remontée de Danilo au milieu de terrain, son véritable poste. Lui et Verratti seraient chargés d'offrir des munitions aux quatre de devant et de jouer le rôle de première digue face aux vagues adverses. Vouloir mourir avec ses idées, c'est bien, mais survivre avec celles des autres, c'est bien aussi, non ?