PSG : Verratti envoie un message fort à Leonardo
Marco Verratti et Thomas TuchelCredit Photo - Icon Sport
par Raphaël Nouet

PSG : Verratti envoie un message fort à Leonardo

Le milieu de terrain italien du PSG Marco Verratti a profité de la conférence de presse avant le choc de demain contre Manchester United pour prendre la défense de son entraîneur, Thomas Tuchel, en conflit larvé avec Leonardo.

Le match de demain à Old Trafford pourrait coûter très cher à Thomas Tuchel. L'entraîneur du PSG est en effet dans l'œil du cyclone en raison du début de saison très décevant des vice-champions d'Europe. En outre, ses rapports tendus avec son directeur sportif, Leonardo, pourraient précipiter sa perte pour peu que Paris ne participe pas aux 8es de finale de la C1 au printemps. Mais le technicien allemand peut au moins compter sur le soutien de ses joueurs, Marco Verratti en tête.

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DU PARIS SAINT-GERMAIN

"C'est le seul qui nous a amenés en finale de C1"

« Tuchel, c'est le seul qui nous a amenés en finale de Ligue des champions. L'an dernier, il a gagné tous les titres en France. C'est un entraîneur jeune, qui a des idées, il a un bon caractère avec nous. A l'extérieur, vous n'êtes pas avec nous. Mais gérer 30 joueurs ce n'est jamais facile pour les entraîneurs. Lui il a réussi à créer un bon rapport avec tout le monde, ce n'est pas facile. Et sur le terrain je crois qu’on a montré de belles choses l’année dernière et les supporters ont été fiers de nous. Là c’est moins bien mais on connait nos forces, on sait ce qu’on peut faire. »

« Ce ne sont pas des choses qu'on dit à l'extérieur. On partage tous les jours des choses. Les coachs sont ceux qui nous connaissent le plus. Je sens beaucoup de critiques, envers le coach et les joueurs, c'est un peu toujours comme ça. Quand on a des discussions à l'entraînement ou après le match, ça reste entre nous parce qu'on sait ce qu'on peut donner, quand on joue bien, ou quand on joue mal. On vit avec le foot. On sait ce qui nous manque ces derniers temps, on s'est parlé pour ça »