RB Leipzig - PSG (2-1) : Pierre Ménès désigne les gagnants et les perdants de la débâcle allemande
Pierre MénèsCredit Photo - Icon Sport
par Raphaël Nouet
ÇA TAILLE

RB Leipzig - PSG (2-1) : Pierre Ménès désigne les gagnants et les perdants de la débâcle allemande

Le journaliste de Canal+ Pierre Ménès estime que les choix de Thomas Tuchel ont montré leurs limites hier soir lors de la défaite du PSG sur la pelouse du RB Leipzig (1-2). Et que l'absence de trois stars (Neymar, Mbappé, Verratti) a pesé de tout son poids.

Les trois clubs français engagés en Champions League se sont inclinés cette semaine. A chaque fois à l'extérieur, à chaque fois dans un grand pays de football. Après l'OM à Porto (0-3) mardi, le PSG et le Stade Rennais se sont à leur tour inclinés hier soir, respectivement à Leipzig (1-2) et à Chelsea (0-3). Observateur de cette déroute nationale, Pierre Ménès a désigné sur son blog les grands perdants parisiens de cette défaite mais aussi les gagnants car, oui, il y en a eu…

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DU PARIS SAINT-GERMAIN

"Le PSG ne présentera pas le même visage" au retour

"Marquinhos a une nouvelle fois fait la preuve de son inutilité au milieu. Et surtout, Danilo me semble trop lourd pour être dernier défenseur. Dans l’entrejeu, il aurait le temps de couper les trajectoires, de faire parler son physique et son jeu de tête. Et puis il y aurait Marqui en sécurité derrière lui. Là, dès que le Brésilien se fait passer au milieu, Danilo est livré à lui-même et c’est trop difficile pour lui. Cet inversement de postes est pour moi une faute tactique majeure. Et puis le coaching… Comment tu peux faire entrer Rafinha, le seul élément un peu technique de l’effectif valide, à la 84e minute de jeu ? Mais le pire, c’est qu’à la fin du match, j’ai vu un Tuchel presque souriant. Je ne comprends pas où il veut en venir, je ne comprends pas ce qu’il cherche, si ce n’est peut-être à se faire virer. Alors au niveau du classement, les cartes sont rebattues par la défaite surprise de Manchester à Istanbul. Aujourd’hui le PSG n’est que 3e mais une victoire sans encaisser de but au Parc face à Leipzig lui redonnerait la main. Paris a trois matchs pour rectifier le tir et est tout à fait capable de prendre neuf points. Surtout que dans trois semaines, le PSG ne présentera pas le même visage."

"Je rigolais tout seul en lisant les commentaires à la mi-temps, qui disaient en substance que « Paris jouait mieux sans les deux starlettes ». Mais oui, mais bien sûr… On a vu le poids offensif du PSG à partir du moment où Di Maria a plongé, où Sarabia s’est montré égal à lui-même c’est-à-dire fantomatique et où Kean a dû se battre comme un chien seul devant, en faisant d’ailleurs un très bon match avec une passe dé et un péno provoqué. Je pense que dans trois semaines, avec Verratti, Neymar et Mbappé, le PSG montrera un tout autre visage…"