PSG – Mercato : l'Emir prépare un recrutement de fou, l'UEFA prête à mettre un stop ?
L'Emir Al-ThaniCredit Photo - Icon Sport
par Alexandre Corboz
DEMESURE

PSG – Mercato : l'Emir prépare un recrutement de fou, l'UEFA prête à mettre un stop ?

Le PSG a présenté un budget 2021-22 démesuré à la DNCG. Le club prévoit de grosses ventes, de lourds achats et un déficit structurel plus important que jamais...

Zapping But! Football Club PSG : les 10 plus grosses ventes des Rouge et Bleu

A l'instar du Parisien, L'Equipe s'est attardé sur la présentation faite par le PSG face à la DNCG il y a quelques jours. Et les prévisions du quotidien sportif sont beaucoup plus pessimistes que chez leurs confrères.

Le PSG veut creuser un déficit sous garantie

En effet, si Paris prévoit bel et bien d'investir massivement et de vendre pour 180-200 M€, le Qatar souhaiterait aussi creuser son déficit. Sur l'exercice 2021-22, le PSG table sur des pertes comprises entre 250 et 300 M€, en incluant le plan de cession déjà très ambitieux. Pertes supérieures à celle de la saison clôturée au 30 juin (230 M€) qui seront comblées par l'actionnaire QSI, lequel a déjà émis des garanties pour passer sans restrictions le cap du gendarme financier français.

L'Europe et le fair-play financier regardent Paris de travers

Sauf que si le procédé est autorisé en France et que personne ne doute des garanties apportées par l'Emir Al-Thani, cela ne passera pas le cut du fair-play financier européen. Y compris dans sa forme allégée. « En attendant de voir ce que l'instance européenne acte pour le contrôle financier des clubs engagés dans ses compétitions, plusieurs grandes écuries du continent sont attentives au mercato parisien. Pas sûr que si Paris se montre aussi ambitieux que ce que son président Nasser Al-Khelaïfi avait annoncé le 6 juin, tout le monde voit cela d'un très bon oeil ».

Un Mercato à risques, le PSG sous surveillance

Malgré la crise du Covid qui pousse les clubs à plus de mesure, le PSG prépare un Mercato d'été 2021 assez fou... Et est prêt à creuser à l'extrême son déficit quitte à se retrouver dans l'oeil de l'UEFA, de son fair-play financier et des grands clubs étrangers.