PSG : un faux « allez l'OM » et de vieux dossiers de Messi enflamment la toile
Lionel MessiCredit Photo - Icon Sport
par Alexandre Corboz
FAKE NEWS

PSG : un faux « allez l'OM » et de vieux dossiers de Messi enflamment la toile

Du côté des fans de l'OM, la venue de Lionel Messi au PSG suscite quelques crispations... Et une tentative de polémiquer sur l'attachement de l'Argentin à Paris.

Zapping But! Football Club PSG : top 10 des meilleurs passeurs de l'histoire

Pour sa présentation au PSG ce mercredi, Lionel Messi s'est adonné à un exercice qu'il n'apprécie pas particulièrement : l'interview. En plus d'une conférence à l'auditorium du Parc des Princes, l'ancienne star du FC Barcelone a enchaîné les entretiens individuels (RMC, Téléfoot, France Télévisions, beIN Sports...).

C'est notamment en marge de sa rencontre avec Omar Da Fonseca, qu'une image a enflammé la toile. Beaucoup ont cru entendre un « Allez l'OM » prononcé et répété à son compatriote. Il s'agissait en fait d'un « Hasta luego » (« A bientôt ») prononcé rapidement (Messi a l'habitude de mâcher ses mots).

Détournement, vieilles photos... Tout est bon pour salir Messi

Toujours est-il que, côté Marseillais, on se raccroche à ce qu'on peut (pour éviter d'avoir à casser des télévisions dans les centres commerciaux comme Mohamed Henni). Certains ont même déterré de vieilles déclarations de Messi, tirées d'un poisson d'avril d'un site de supporters marseillais … Utilisant une vieille photo de son frère portant le t-shirt d'entraînement de l'OM (Adidas est le sponsor historique de Messi) pour crédibiliser les mots.

N'en déplaisent aux rageux et aux jaloux, Lionel Messi n'a pas commis d'impairs ce mercredi... Ni dans toute sa carrière où il s'est attelé à avoir la communication la plus lisse et la moins provocatrice possible.

Non, Messi n'est pas fan de l'OM

Mauvaise interprétation, fausse interview datant de 2013, photo de son frère avec les couleurs de l'OM... Tous les moyens sont bons aux supporters phocéens pour faire de Lionel Messi un traitre au PSG. Le poids de la frustration ?