Dijon – RC Lens (0-1) : les tops et les flops de la victoire lensoise
RC LensCredit Photo - Icon Sport
par Julien Pédebos
ANALYSE

Dijon – RC Lens (0-1) : les tops et les flops de la victoire lensoise

Le RC Lens a renoué avec le succès en allant chercher une victoire précieuse sur la pelouse de Dijon (1-0). Au terme d'un match abouti.

Les tops

Arnaud Kalimuendo, le dernier bon pari des Sang et Or

Sa performance sous le maillot du PSG début septembre sur la pelouse de Bollaert avait poussé le RC Lens à tenter le prêt d'Arnaud Kalimuendo. Un mois et demi après son arrivée, les Sang et Or ne regrettent pas leur choix. Dans la lignée de son entrée intéressante à Reims et de son doublé en amical contre Anderlecht, le jeune attaquant a été récompensé par un but. Certes heureux puisqu'il a profité d'une énorme boulette de Racioppi pour faire trembler les filets. Mais une juste récompense de son activité tout au long du match.

Seko Fofana, première titularisation prometteuse

Forcément, la première de Seko Fofana, recrue la plus onéreuse de l'histoire du RC Lens (10 millions d'euros) était scrutée de très près. Le milieu de terrain lensois, associé à Yannick Cahuzac, a démontré toutes les qualités qui ont convaincu les Sang et Or d'investir sur lui. Durant les 72 minutes disputées sans pépin, ce qui est déjà rassurant, Fofana a fait étalage de tout son registre box to box. Capable d'apporter défensivement par son gabarit et sa capacité de récupération, le milieu lensois n'hésite pas à se projeter avec une grosse impression de puissance. Si toutes ses initiatives n'ont pas été couronnées de succès, le bilan est prometteur.

Loïc Badé, un taulier indiscutable

Pas si souvent mis en avant parmi les grosses réussites du Mercato lensois, Loïc Badé affiche pourtant un niveau impressionnant depuis le début de la saison, et cela s'est confirmé ce dimanche. Dans son rôle de libéro axial dans la défense à trois, l'ancien Havrais excelle par sa capacité d'anticipation. Sa présence aérienne, sa justesse dans ses interventions et son élégance dans la relance sont les signes d'un très grand talent. Très prometteur pour l'avenir des Lensois.

VOIR AUSSI : TOUTE L’ACTUALITÉ DU RC LENS

Les flops

Facundo Medina, une confiance pas totalement retrouvée

On avait quitté Facundo Medina sur un match cauchemardesque avant la trêve internationale. Contre Reims, le défenseur argentin avait vécu un vrai calvaire. Quinze jours plus tard, il restait encore quelques bribes de ce Medina en souffrance. S'il a été globalement solide, le défenseur a connu quelques absences notamment un manque d'agressivité face à Mama Baldé en deuxième période qui aurait pu coûter cher. Surtout, Medina souffre de la comparaison avec Badé et même Gradit dans l'utilisation du ballon. Peu de ses tentatives de relance ont trouvé preneur, débouchant sur des pertes de balle dommageables.

Clauss – Sylla, des latéraux plus discrets qu'à l'accoutumée

Est-ce en raison d'une équipe de Dijon qui n'a jamais hésité à jouer crânement sa chance ? En tout cas, Franck Haise n'a pas vraiment pu compter sur un des gros atouts de son dispositif en 3-4-3. Jonathan Clauss et Issiaga Sylla, malgré un match sérieux défensivement, n'ont en revanche que peu apporté sur le plan offensif. Jonathan Clauss, notamment, n'a pas eu son apport habituel en terme de centre pour aider les Sang et Or offensivement. Mais en bloquant efficacement leurs couloirs, les deux pistons ont tout de même fait l'essentiel de leur travail.

Il a manqué le but du break

Après une première période plutôt équilibrée au sein de laquelle le RC Lens a bien été aidé par un coup du sort, les Sang et Or ont en revanche montré beaucoup plus d'emprise dans le jeu après la pause. Les hommes de Franck Haise, dominateurs, pourront donc regretter d'avoir loupé plusieurs opportunités de break. Cela a laissé Dijon dans le match même si cela s'avère finalement sans conséquence. On notera d'ailleurs que le duo Ganago – Fofana, remplaçants mais sans doute lancés à l'heure de jeu pour aider justement à faire la différence, n'a pas réussi à profiter d'une équipe dijonnaise dans le dur.