FC Metz – RC Lens (2-0) : les Tops et les Flops de la défaite lensoise
Ignatius GanagoCredit Photo - Icon Sport
par Julien Pédebos
ANALYSE

FC Metz – RC Lens (2-0) : les Tops et les Flops de la défaite lensoise

Le RC Lens n'a pas réussi à enchaîner un quatrième succès d'affilée sur la pelouse du FC Metz (0-2). Un revers qui va laisser des regrets.

Les Flops

Kakuta, symbole de la stérilité lensoise

Si Frédéric Antonetti avait assuré avant la rencontre qu'il n'y avait pas de plan anti-Kakuta mais un plan « anti-Lens ». On a pu néanmoins vérifier que neutraliser le meneur de jeu des Sang et Or était une priorité des Messins. Maïga, notamment, s'est parfaitement acquitté de sa tâche. Résultat, Kakuta a passé une soirée difficile avec toujours un joueur sur ses basques au moment de s'exprimer. Cela a donné une prestation discrète avec un impact insuffisant dans le jeu. Un manque qui a précipité un gros déchet global des Sang et Or dans la dernière passe.

Ignatius Ganago, un ascendant perdu ?

Même si Ignatius Ganago a retrouvé le chemin des filets depuis son retour de blessure avec un but face à Rennes, l'impression globale que laisse le Camerounais reste décevante. Franck Haise, a pourtant choisi de le titulariser de nouveau en attaque, quelques jours après Monaco. Mais son impact a été des plus limités. S'il n'a pas compté ses appels, l'attaquant camerounais a souvent semblé à contretemps de ses partenaires. En parallèle, un Kalimuendo qui était pourtant en pleine confiance n'a joué que 20 minutes en deux matchs. Un choix qui peut surprendre.

Une sérénité mise à l'épreuve sur coups de pied arrêtés

C'est une tendance qui était déjà apparue lors de la défaite face à Angers il y a trois semaines. Défaut retrouvé ce samedi face aux Messins. Les hommes de Franck Haise ont donné l'impression que chaque corner ou coup franc concédé contre eux pouvaient représenter un gros danger. Kouyaté a d'ailleurs trouvé le poteau en étant libre de tout marquage. Lui qui était pourtant identifié comme la principale menace messine dans ces phases de jeu.

VOIR AUSSI : TOUTE L’ACTUALITÉ DU RC LENS

Les Tops

Badé reste serein dans la tempête

C'est aussi la marque d'un joueur qui, quoiqu'il arrive, ne semble jamais perdre sa confiance en lui. Par deux fois, Loïc Badé a eu très chaud alors que le VAR a vérifié si une main puis une situation litigieuse avec Centonze méritait un penalty. Finalement, Badé n'a pas été sanctionné. La petite réussite d'un défenseur dont l'influence reste capitale chez les Sang et Or. Si tout n'a pas été parfait, sa capacité d'anticipation et ses facilités dans les airs ont souvent soulagé les Sang et Or. En parallèle, Badé a souvent été l'initiateur des bonnes relances nordistes.

Fofana, entrée rageuse... mais brouillonne

Dans son objectif de turn-over, Franck Haise avait choisi de ne pas aligner Seko Fofana d'entrée. Si Cheick Doucouré, notamment, n'a pas démérité dans l'entrejeu, l'entrée de Fofana a tout de suite offert une dimension supplémentaire au milieu lensois. Sa puissance et sa volonté de jouer vers l'avant ont fait du bien à un RC Lens plus dominateur. Certes, Fofana a donné parfois l'impression d'être brouillon balle au pied, mais son entrée a apporté un plus indéniable.

Jonathan Clauss, piston infatigable

Parmi les quelques satisfactions de la soirée lensoise, Jonathan Clauss fait partie des joueurs qui n'auront pas démérité malgré ce revers rageant. Sur son côté droit, Clauss n'a pas compté ses efforts et a fait souvent figure de solution offensive la plus intéressante. C'est lui qui adresse un centre dangereux en première période stoppée par Oukidja. Auteur également d'une belle ouverture pied gauche dans la surface pour Sotoca, Clauss n'a pas que trois poumons. Il a également une vision du jeu intéressante.

Pour résumer

Le RC Lens n'a pas réussi à enchaîner un quatrième succès d'affilée sur la pelouse du FC Metz (0-2). Un revers qui va laisser des regrets.

Julien Pédebos
Rédacteur
Julien Pédebos