RC Lens – Dijon (2-1) : les Tops et les Flops des Sang et Or, cinquièmes de Ligue 1 !
Le RC Lens a battu Dijon à BollaertCredit Photo - Icon Sport
par Julien Pédebos
ANALYSE

RC Lens – Dijon (2-1) : les Tops et les Flops des Sang et Or, cinquièmes de Ligue 1 !

Le RC Lens occupe désormais la cinquième place de Ligue 1 grâce à son succès à domicile pour la première fois depuis décembre face à Dijon (2-1).

Zapping But! Football Club RC Lens : top 10 des valeurs marchandes des Sang et Or

Cela faisait près de deux mois et la réception de Brest que le RC Lens n'avait plus gagné à domicile. La réception de la lanterne rouge était l'occasion idéale pour renouer avec le succès. Une victoire synonyme de barre des 40 points très symbolique pour un promu, mais aussi de cinquième place des plus inattendues au démarrage de la saison.

Les Tops

Jonathan Clauss, piston étincelant

Quel match, une nouvelle fois, de Jonathan Clauss ! Le piston droit du RC Lens a une nouvelle fois réalisé un grand match, dans la lignée d'une saison qui en fait une des véritables révélations de la Ligue 1. Clauss est à l'origine directe des deux buts lensois, avec un premier centre détourné par Ecuele Manga sur Seko Fofana, et un coup franc déposé dans la course de Banza. Mais outre ces deux coups de patte, Clauss est impressionnant par son activité incessante. Petit bémol, c'est lui qui perd le duel sur le but de Ngonda. Mais il n'est pas responsable pour autant de la passivité de ses partenaires par la suite...

Seko Fofana, taulier de plus en plus sérieux

Il aura fallu du temps à Seko Fofana, plombé par les blessures et du coup une intégration retardée sur le plan tactique, pour s'imposer au milieu de terrain du RC Lens. Mais désormais le milieu de terrain ivoirien affiche une belle régularité. A plusieurs reprises depuis son arrivée Seko Fofana avait pris quelques risques offensifs non payants. Ce dimanche, il a été récompensé d'une magnifique reprise acrobatique qui confirme sa montée en puissance.

Simon Banza, remplaçant décisif

Franck Haise, ces dernières semaines, a souvent misé sur Simon Banza même quand les observateurs se montraient réservés sur son apport dans le jeu. Ce dimanche, l'attaquant lensois a démarré la rencontre sur le banc de touche, payant quelques prestations compliquées. Mais alors que ses partenaires n'ont pas franchement brillé, Banza a très vite su saisir la nouvelle opportunité offerte par son coach. Sur le coup franc magnifiquement frappé par Clauss, Banza a démontré son efficacité sur phase arrêtée, et ce coup-ci pas de la tête. Un coup de patte qui convaincra un peu plus Franck Haise de son utilité.

VOIR AUSSI : TOUTE L’ACTUALITÉ DU RC LENS

Les Flops

Sotoca – Kalimuendo, le duo n'a pas fonctionné

C'est une association que bon nombre d'observateurs et de supporters du RC Lens réclamaient. Florian Sotoca et Arnaud Kalimuendo étaient alignés d'entrée face à une formation de Dijon qui faisait figure de candidat idéal pour affirmer la confiance du duo. Pourtant, les deux hommes n'ont pas répondu présent. Les efforts permanents de Sotoca ont été gâchés par un manque d'efficacité devant le but, notamment une situation de tête où il a clairement manqué de timing. Quant à Kalimuendo, on n'a pas retrouvé l'attaquant rapide et mobile capable de créer des différences dans la défense adverse. Sa prestation timide continue d'alimenter les discussions sur le meilleur duo offensif à aligner pour Franck Haise.

Une passivité défensive qui aurait pu tout gâcher

Mis à part deux interventions de Jean-Louis Leca face Kamara et Ecuele-Manga, on ne peut pas franchement dire que la défense lensoise ait été inquiétée. C'est donc d'autant plus dommage d'avoir « offert » un but aux Dijonnais en seconde période. La passivité de l'arrière-garde face à Ngonda, qui a eu plusieurs mètres devant lui pour ajuster sa frappe victorieuse aux 20 mètres, aurait pu mettre à mal tous les efforts des Sang et Or pour obtenir enfin un succès à Bollaert. Au final, cette absence servira sans doute d'avertissement à Franck Haise pour rappeler à ses hommes à quel point tout relâchement peut se payer cash en Ligue 1.