RC Lens : le PSG, Neymar, Mbappé… Leca sans filtre
Jean-Louis LecaCredit Photo - Icon Sport
par Raphaël Nouet

RC Lens : le PSG, Neymar, Mbappé… Leca sans filtre

Le gardien du RC Lens Jean-Louis Leca sera très certainement sollicité face au PSG jeudi soir en match en retard de la 2e journée de L1. Et ce même si Kylian Mbappé et Neymar seront absents.

Il manquera quasiment une équipe entière au PSG jeudi soir pour le match en retard de la 2e journée face au RC Lens. Mais cela n'empêche pas les Sang et Or de faire preuve de beaucoup de prudence. En effet, entre leur statut de promu et le dopage financier des Qataris ayant placé le club de la capitale à des hauteurs impossibles à atteindre pour la concurrence hexagonale, il y a un gouffre. Ce qui a incité Jean-Louis Leca à relativiser les absences…

"Avec Bastia, quand on a battu Paris, c’était avec Zlatan Ibrahimovic, Marco Verratti, etc alors que l’année d’avant, on en avait pris 3 ou 4 chez nous contre une prétendue équipe B. Je pense qu’une équipe B du PSG peut évoluer avec 11 joueurs qui seraient titulaires partout ailleurs en France. Quand on voit ce que Paris a fait en Ligue des Champions… ça ne se fait pas avec 11 joueurs mais avec tout un groupe et ce groupe fait partie des 5 ou 6 meilleurs du monde."

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITE DU RC LENS

"On va batailler avec notre cœur"

"On est clairement le petit mais on va se défendre. On sait très bien que ce sera compliqué. Quand un calendrier sort, on ne se dit pas qu’on va prendre des points contre cette équipe mais on ne s’avoue pas vaincu pour autant. On va batailler avec nos forces, notre cœur et on va donner le maximum, adviendra ensuite ce qu’il adviendra."

"Quand on prend Kylian Mbappe et Neymar, ils sont parmi les meilleurs joueurs du monde. Mais je ne pense pas qu’on est focalisé sur Paris, sur le fait de se dire qu’on va se frotter à tel ou tel joueur quand on joue contre des équipes comme ça… On est focalisé sur l’objectif du maintien. Fin août, on aurait pu jouer contre ces joueurs, finalement ce n’est pas le cas, l’histoire est écrite comme ça. Cela peut arriver à n’importe quelle équipe et n’importe quel club. Il suffit d’un cas dans un groupe. Il y a toujours le rappel du test PCR mais quand un groupe vit, qu’il y a des buts à l’entraînement, ça rigole, ça se chambre, ça se pousse, ça joue aux cartes, ça vit et ça peut vite se transmettre. C’est ce que vit Paris aujourd’hui."