Simon Banza
Simon BanzaCredit Photo - Icon Sport
par Julien Pédebos
MATCH DE FOLIE

RC Lens – Stade de Reims (4-4) : Medina, Sotoca, Dia... Les enseignements d'un nul totalement dingue !

Le RC Lens et le Stade de Reims ont achevé un match totalement fou sur un score nul (4-4) qui fera beaucoup plus de bien aux Sang et Or...

Un incroyable mental compense la baisse physique

C'était l'une des problématiques des Sang et Or après avoir loupé les deux derniers matchs et vu le Covid-19 handicaper sérieusement la préparation. Les hommes de Franck Haise allaient-ils tenir le choc physiquement ? Assurément, les Nordistes ont souffert. Les bonnes volontés du début de match, notamment en matière de pressing, sont rapidement restées sans suite. Mais malgré un réservoir vide et un scénario très défavorable, les Sang et Or ont réussi à trouver des ressources insoupçonnées pour égaliser en fin de match. Des valeurs forcément fondatrices pour la suite.

Sotoca, une ténacité récompensée

Depuis le début de saison, Florian Sotoca a droit à un rôle ingrat du côté du RC Lens. L'attaquant, plutôt pivot que véritable buteur, se retrouve régulièrement en mal de réussite offensive. Ce dimanche, cela semblait encore le cas, notamment en ne profitant pas des nombreux centres. Mais en fin de match, Sotoca s'est offert un formidable déclic. Une tête au second poteau sur un centre de Clauss, une nouvelle tête décroisée qui a fini en poteau rentrant. Et la fin de journée" aurait pu être encore plus légendaire si le VAR n'avait pas annulé le penalty qu'il pensait avoir obtenu dans les derniers instants.

VOIR AUSSI : TOUTE L’ACTUALITÉ DU RC LENS

Les Sang et Or pris à leur propre jeu

Excepté le derby perdu face au LOSC, le RC Lens avait pris l'habitude de poser de grosses difficultés à l'adversaire, bien aidé notamment par un gros pressing et une volonté d'imposer un bloc haut. Problème, les limites physiques des Nordistes évoquées plus haut ont rendu cette tactique moins efficace, avec la possibilité offerte aux Rémois de contrer en profitant des espaces laissés. Les buts de Mathieu Cafaro et de Boulaye Dia en sont les conséquences, avec en prime quelques erreurs individuelles (Boura, Medina, Leca) au passage...

Le calvaire de Facundo Medina

Absent lors du derby perdu face au LOSC, Facundo Medina était particulièrement attendu pour son retour au sein de la défense lensoise. Problème, le défenseur argentin a vécu un véritable calvaire. Rapidement averti pour une faute grossière, le Lensois est impliqué directement sur au moins deux buts encaissés. Un bilan qui aurait pu être bien différent quand le défenseur a eu une balle de 2-2 en position idéale dans la surface. Mais en expédiant sa frappe au dessus, Medina a confirmé que ce n'était pas son jour.

Sur un nuage, Dia n'a pas suffi

Même si le Stade de Reims pourra enrager de ne pas avoir su tenir la victoire après avoir mené 4-2 dans les dernières minutes, les hommes de David Guion pourront au moins se consoler d'avoir dans leurs rangs un homme sur un nuage. Son nom ? Boulaye Dia, qui a livré un véritable festival ce dimanche. Désormais auteur de huit buts en Ligue 1, Dia s'est notamment amusé de la défense lensoise sur sa deuxième réalisation. Avec un buteur dans une telle confiance, les Rémois tiennent au moins une certitude pour l'avenir.

Pour résumer

Le RC Lens et le Stade de Reims se sont séparés sur un résultat nul au terme d'un match au scénario incroyable. Les Sang et Or s'en souviendront pour l'avenir.

Julien Pédebos
Rédacteur
Julien Pédebos