RC Lens - Mercato : un gardien international dans le viseur
Anthony RacioppiCredit Photo - Icon Sport
par Raphaël Nouet
CONCURRENCE

RC Lens - Mercato : un gardien international dans le viseur

Le RC Lens aurait le gardien international suisse Anthony Racioppi dans le viseur. Sous contrat avec Dijon, le portier de 22 ans ne devrait pas suivre le DFCO en Ligue 2.

Zapping But! Football Club RC Lens : le top 10 des joueurs les plus utilisés par Franck Haise

Au tout début du marché, le Racing Club de Lens a levé l'option d'achat qu'il possédait pour Wuilker Farinez. Le portier de 23 ans a très bien joué son rôle de doublure de Jean-Louis Leca la saison passée, faisant étalage de son talent les rares fois où il a eu l'occasion de le montrer. En outre, il se pourrait qu'il soit présent dès la reprise des Sang et Or puisque la Copa América pourrait être reportée après un appel au boycott des joueurs brésiliens, pas désireux de s'exposer dans un continent où la pandémie fait des ravages.

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DU RC LENS

Il veut quitter Dijon, relégué en L2

Avec Farinez, l'avenir du Racing est assuré. Surtout que le titulaire actuel, Jean-Louis Leca aura 36 ans à la rentrée. Mais maintenant que Thomas Vincensini a été cédé au SC Bastia, les dirigeants vont devoir se mettre en quête d'une future doublure de Farinez. Voire d'un potentiel numéro un, le Vénézuélien ayant des qualités qui pourraient l'emmener très haut rapidement.

Selon beIN Sports, un intérêt du RC Lens existerait pour Anthony Racioppi. A 22 ans, ce gardien suisse international dans toutes les catégories de jeunes évolue à Dijon après avoir fait sa formation à l'OL. Il est considéré comme l'un des plus grands espoirs à son poste dans son pays. Après la relégation du DFCO, Racioppi voudrait aller voir ailleurs. Transfermarkt situe sa cote à 2 M€. Le Racing tentera-t-il le coup ?

Pour résumer

Le RC Lens aurait des vues sur le gardien de Dijon Anthony Racioppi (22 ans), international suisse dans les catégories de jeunes.

Raphaël Nouet
Article écrit par Raphaël Nouet