Stade de Reims : Guion a une bonne raison de croire en son maintien sur le banc
David GuionCredit Photo - Icon Sport
par Julien Pédebos
CONFIANCE

Stade de Reims : Guion a une bonne raison de croire en son maintien sur le banc

David Guion, l'entraîneur du Stade de Reims, a tenu à faire passer un message de confiance alors que son siège commence à vaciller.

Zapping But! Football Club Liga : le classement des buteurs de la saison 2020-2021

Loué il y a encore quelques mois pour son excellent travail sur le banc du Stade de Reims, David Guion est aujourd'hui un coach fragilisé. Le début de saison compliqué de sa formation rend sa situation incertaine. Ce dimanche, le club champenois se déplace sur la pelouse du Stade Brestois, avec l'obligation de réussir un bon résultat.

Dans des propos relayés par l'Union, le technicien rémois est revenu sur le match nul concédé contre Nice. En pointant du doigt certains manques. « Notre maîtrise technique a été assez pauvre ce qui a débouché sur un rendu global pas satisfaisant. On a retravaillé techniquement de façon à avoir plus de relâchement dans les attitudes et les initiatives. Notre retour vidéo l’a confirmé. Stress ? Manque de confiance ? Ce que je sais c’est que les joueurs étaient dans de bonnes conditions entre la semaine de travail et la préparation du match. Je pense plutôt que ça se passe au niveau de l’application et de l’implication… »

VOIR AUSSI : TOUTE L’ACTUALITÉ DU STADE DE REIMS

Guion a des armes sous la main

Mais Guion a un motif d'espoir pour la suite. Le coach champenois voit en effet le calendrier s'accélérer prochainement, mais avec quasiment toutes ses armes à disposition. De quoi l'inciter à un discours combatif. « On a déjà de la chance de ne pas avoir trop de blessés. C’est important pour aborder ce calendrier serré. Même si le 23 décembre ne marquera pas la fin des matches aller, on fera un premier point à ce moment-là. Nous ne sommes qu’à la 13e journée qui, d’habitude, arrive début novembre. Restons calmes, prenons de la hauteur et du recul… », estime Guion.