MHSC - Stade Rennais (2-1) : le top et les flops d’une nouvelle désillusion pour les Rouge et Noir
Doku lors du match face à MontpellierCredit Photo - Icon Sport
par Raphaël Nouet
ENCORE RATÉ

MHSC - Stade Rennais (2-1) : le top et les flops d’une nouvelle désillusion pour les Rouge et Noir

Ce dimanche, le Stade Rennais a concédé sa troisième défaite de rang toutes compétitions confondues. Plusieurs joueurs bretons ont encore déçu…

Zapping But! Football Club Stade Rennais : Top 10 des salaires de la saison 2020 / 2021

Le top

Alfred Gomis : abandonné par sa défense à plusieurs reprises, il n’a craqué que deux fois, sans que sa responsabilité ne soit engagée. Le reste du temps, il a fait opposition aux tentatives héraultaises, parfois avec chance, souvent avec talent. A la 62e minute, il réalise deux parades incroyables coup sur coup : d’abord sur une frappe à bout portant de Gomis qu’il va chercher de la main gauche, ensuite sur une reprise de Laborde, là aussi à bout portant. Un gros match de sa part malgré le score défavorable…

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DU STADE RENNAIS

Les flops

La défense en général : à quatre, à trois, à cinq, c’est pareil. Et même quand Julien Stéphan pointe du doigt le manque d’agressivité de ses joueurs après l’élimination en Coupe de France à Angers, rien ne change : les Rouge et Noir sont apathiques au possible, et c’est ce qui leur a valu d’encaisser deux buts en première période. Phénomène d’autant plus curieux qu’à 40 mètres de leurs buts, ils savent presser correctement leurs adversaires, les empêcher de se retourner quitte à faire une faute. Mais dans la surface, ce n’est plus ça du tout. Bizarre et visiblement inexplicable puisque Stéphan ne trouve pas la solution…

Jérémy Doku : qu’il est brouillon ! Oui, il n’a que 18 ans ; oui, il découvre la France, mais ce n’est pas une raison pour avoir autant de déchet. Et surtout pour ne pas donner l’impression de progresser. Sa volonté de percuter en permanence est louable mais il ne semble pas avoir d’idée autre que celle de pousser le ballon en espérant prendre son vis-à-vis de vitesse. Ça devait bien fonctionner en Belgique, ce n’est plus le cas en France. Il va falloir trouver autre chose !

Steven Nzonzi : l’ombre d’un champion du monde. Aucune influence sur le jeu, mais à la limite, ce n’est pas sa fonction première. Le gros souci, c’est qu’il ne fait plus office de digue aux vagues adverses. Si la défense souffre autant, c’est aussi parce que l’ancien de la Roma est régulièrement dépassé, inefficace. Un malaise qui dure…