Joie des Rennais face aux Girondins
Joie des Rennais face aux GirondinsCredit Photo - Icon Sport
par Raphaël Nouet
ANALYSE

Stade Rennais - Girondins : les tops et les flops du réveil breton aux dépens de Bordelais apathiques

Le Stade Rennais s'est relancé à domicile en explosant des Girondins de Bordeaux qui filent un bien mauvais coton (6-0). Benjamin Bourigeaud, Martin Terrier ou Jérémy Doku font partie des tops, les Bordelais dans leur ensemble étant des flops.

Zapping But! Football Club Stade Rennais : top 10 des transferts les plus chers

Les tops

Benjamin Bourigeaud : auteur du corner ayant amené le premier but de son équipe (32e), auteur du magnifique coup franc du 2-0 (43e) et avant-dernier passeur sur le 4-0 signé Truffert (69e). What else ? Quand il est à ce niveau, l'ancien Lensois est irrésistible. Il a certes été bien aidé par les espaces béants laissés par une équipe de Bordeaux à la dérive. Sa vision du jeu et sa qualité de passes sont en tout cas d'une qualité supérieure pour la Ligue 1.

Martin Terrier : si le score donne l'impression que le Stade Rennais s'est baladé, ça n'a pas été le cas lors de la première demi-heure. L'entame a été compliquée car les Bretons, comme les Aquitains, nageaient en plein doute. L'ouverture du score a été décisive et elle venue de Martin Terrier, auteur d'une belle demi-volée après une remise de la tête de Jonas Martin suite à un corner mal renvoyé par la défense girondine. C'est le dixième but de sa saison, première fois dans sa carrière qu'il atteint une telle barre...

Jérémy Doku : il n'a pas été décisif cet après-midi, ce qui est un comble quand on est un joueur offensif et qu'on évolue dans une équipe qui vient d'inscrire quatre buts. Mais le jeune Belge s'est montré virevoltant dès le départ. Si ses coéquipiers doutaient, ce n'était pas son cas. L'une de ses accélérations foudroyantes a cassé les reins de Mangas. Alors oui, il doit encore progresser dans le dernier geste. Mais le jour où il aura franchi un cap, il ne jouera plus à Rennes ni en Ligue 1...

Le flop

Les Girondins dans leur ensemble : comment réveiller un club dont la ville est surnommée "la belle endormie", dont le président n'a aucune charisme et beaucoup de casseroles aux fesses, ont l'entraîneur est d'une placidité à toute épreuve et vient d'un pays réputé pour sa neutralité et qu'il n'y a aucune forte tête dans son effectif ? Eh bien, on ne le réveille pas ! Pourtant, les Girondins avaient toutes les raisons d'être en colère cet après-midi. Ils avaient eu l'impression de s'être faits avoir la semaine précédente en étant forcés de jouer contre l'OM, avaient été humiliés par ces mêmes Phocéens, venus s'imposer en Nouvelle Aquitaine pour la première fois depuis 44 ans, étaient inquiets par la situation du club après le coup de gueule de Gérard Lopez et les mises à l'écart... On imaginait une réaction, on n'a rien vu.

Comme d'habitude, les Bordelais se sont d'abord faits manger dans l'engagement. Pourtant, le staff technique avait pointé du doigt ce déficit d'impact, responsable de plus de la moitié des buts encaissés. Mais sur l'ouverture du score, ils ont deux à se faire surpasser par Jonas Martin dans le domaine aérien. Sur tous les duels, les Rennais étaient devant. Et à chaque but encaissé, aucune révolte, aucun coup de gueule. Le néant absolu. Le navire girondin coule mais les matelots n'en ont visiblement absolument rien à faire ! Quant au capitaine, qui affichait une mine sombre dans les tribunes du Roazhon Park, il fera comme avec Lotus, Mouscron, Lille ou Boavista, il passera rapidement à autre chose...

Rennes a dévasté les Girondins

Le Stade Rennais doutait avant de recevoir les Girondins de Bordeaux. Mais après une première demi-heure compliquée, les hommes de Bruno Genesio ont inscrit six buts et engrangé beaucoup de confiance. Les Aquitains, eux, sont au fond du trou.

Raphaël Nouet
Rédacteur
Raphaël Nouet

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.