Stade Rennais : Holveck et Maurice réagissent au départ de Stéphan
Credit Photo - ICON Sport
par Benjamin Danet
Réactions attendues

Stade Rennais : Holveck et Maurice réagissent au départ de Stéphan

Quelques heures, seulement, après la démission de Julien Stéphan, l'ancien entraîneur du Stade Rennais, le président Nicolas Holveck et le directeur sportif, Florian Maurice, sont derrière les micros. Moment attendu à suivre en direct sur notre site.

Zapping But! Football Club FC Barcelone, Stade Rennais : les chiffres de la carrière d'Ousmane Dembélé

Les propos sont attendus. Ceux du président, Nicolas Holveck et du directeur sportif, Florian Maurice, qui ne comptent plus, depuis ce matin, sur leur désormais ancien entraîneur, Julien Stéphan. Depuis 13 heures 15, une conférence de presse est organisée au siège du club. Nous vous proposons de la suivre en direct.

C'est Nicolas Holveck qui a pris la parole le premier. "Après le match de vendredi soir, on a échangé avec Julien. Comme d'habitude. C'était alors trop chaud, on a pris le temps de la réflexion. Mais il nous a vite dit qu'il ne se sentait plus la force de diriger le groupe, et qu'il préférait ne pas mettre en danger l'institution. Il nous l'a dit samedi, même si on a échangé tout le week-end. Ce métier est dur, on le sait. Julien s'est toujours mis un degré d'exigence très élevé, mais il pense que c'est désormais mieux sans lui. On a essayé de le convaincre de rester, mais nous n'y sommes pas arrivés."

Vous connaissez sa force de caractère, c'est compliqué de le faire changer d'avis. Sa démission, je ne m'y attendais pas. Il intériorise beaucoup de choses. Il n'a jamais montré quelques failles que ce soit. Les attaques extérieures ? Elles font plaisir à ceux qui les profèrent, mais ce n'est pas ça qui a poussé Julien de rester. L'actionnaire ? Oui, il a tenté de le convaincre de rester. Mais Julien avait sans doute pesé le pour et le contre avant de nous faire part de son choix. Il était convaincu qu'il n'était plus l'homme de la situation. Je respecte sa décision. C'est un extraordinaire entraîneur, un homme loyal, honnête, franc. Maintenant, la seule chose qui me préoccupe, c'est l'avenir. On se doit de passer à la suite. On est à trois points de la 5e place et on est tous derrière Philippe Bizeul à 200%. Mercredi, il faudra être costauds à Lyon.

Le successeur ? Vous imaginez bien qu'on reçus des propositions, oui. Mais on va prendre une décision en temps et en heure. L'objectif, c'est de prendre une bonne décision et non qu'elle soit rapide. Le long terme dans un club, c'est le prochain match. Ce matin, Julien a tenu un discours à ses joueurs. C'était fort. Il est allé aussi saluer chaque membre du club."

Et c'est ensuite Florian Maurice qui s'est exprimé. "Les joueurs ? Ils ont tous été surpris. Certains l'ont déjà vécu, mais ils ont surtout une saison à finir. La situation est particulière, mais il est hors de question de ne pas se battre pour la fin de saison. Julien n'en avait pas parlé avant le match contre Nice. Il n'avait pas pris la décision non plus. Si j'ai une responsabilité ? On est tous responsables et peu importe notre pouvoir de décision. Des reproches ? Non, notre relation a toujours été top. Cette décision est surprenante, mais jamais il nous a fait des reproches. On échangeait tout le temps avec lui. Il était satisfait de l'effectif qu'il avait.

On travaille sur la suite, mais on va devoir être calmes, ne pas prendre de décision hâtive. Le match à Lyon, il est très important. Mais moi, je dois aussi parler avec le staff et les joueurs pour qu'on prenne un ou trois points à Lyon. Un profil idéal ? Qu'il s'inscrive dans le projet du club, qu'il fasse confiance aux jeunes du centre de formation. Oui, Genesio a fait ça, en partie, à Lyon."

C'est enfin le nouveau technicien du SRFC, Philippe Bizeul, qui s'est exprimé. "Tout le staff technique a boss ce matin dans l'urgence, mais avec la même ambition que celle de Julien. Les joueurs ont vraiment répondu à nos attentes. Il faut que le choix soit bénéfique. L'ambiance, on a pas eu le temps de s'en soucier. Il faut qu'on retienne des choses positives. Moi, je suis venu pour un projet, pas pour prendre l'équipe première en main. Je dois gérer l'urgence, gérer l'état psychologique et physique des joueurs."