François Pinault et Nicolas Holveck
François Pinault et Nicolas HolveckCredit Photo - Icon Sport
par Raphaël Nouet
FORTUNE

Stade Rennais : les Rouge et Noir concurrents du PSG version Qatar, c'est possible !

Une étude réalisée par l'observatoire du football montre que François Pinault est le 4e propriétaire de club le plus riche de la planète. S'il investissait une partie de sa fortune, il pourrait aisément concurrencer le PSG version Qatar.

Depuis 2012, le Paris Saint-Germain écrase les compétitions françaises par la grâce du dopage financier opéré par le Qatar. Avec plus de deux milliards d'investissement, l'état gazier a permis au club de la capitale de posséder un budget équivalent à celui de l'OL, de l'OM, de l'ASSE et des Girondins de Bordeaux. Ce qui permet de remplir aisément l'armoire à trophées, à défaut de s'acheter de la crédibilité.

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DU STADE RENNAIS

Quatrième propriétaire de club le plus riche du monde

Les principaux rivaux du PSG, comme les deux Olympique, enragent contre ce dopage financier. Jean-Michel Aulas a longtemps lutté contre alors que les supporters marseillais ont cru que Frank McCourt leur permettrait de revenir à hauteur de leur ennemi. Mais que pèsent ses 400 M€ d'investissements contre les deux milliards (et plus encore) du Qatar ?

Il s'avère qu'en France, un seul club aurait les moyens de concurrence Paris, à condition que son propriétaire décide d'y investir une partie de sa fortune. Ce club, c'est le Stade Rennais. Selon l'Observatoire du Football, François Pinault est, avec 42,3 milliards de dollars de fortune personnelle, le quatrième propriétaire de club de sport le plus riche de la planète après Mukesh Ambani (84,5, Mumbai Indians), Steve Ballmer (68,7, Los Angeles Clippers) et Daniel Gilbert (51,9, Cleveland Cavaliers). Deux milliards, c'est moins de 5% de son patrimoine. La gloire pour son club de cœur vaut-elle ce sacrifice ?

Pour résumer

Le Qatar investit à fonds perdus au PSG. Mais François Pinault possède la surface financière suffisante pour en faire de même au Stade Rennais.

Raphaël Nouet
Rédacteur
Raphaël Nouet