Stade Rennais : Pierre Ménès ruine déjà les espoirs de qualification en C1
Alfred Gomis (Stade Rennais)Credit Photo - Icon Sport
par Bastien Aubert
PESSIMISME

Stade Rennais : Pierre Ménès ruine déjà les espoirs de qualification en C1

Pierre Ménès n’est pas surpris par la défaite du Stade Rennais face au FC Séville mercredi en Ligue des champions (0-1). Il est franchement pessimiste pour une qualification en 8es de finale.

Le Stade Rennais n’a pas fait illusion hier en Andalousie. Le club breton, néophyte en Ligue des champions, est tombé sur plus fort que lui et c’est logiquement que le FC Séville s’est imposé sur ses terres (1-0). Pierre Ménès n’est en rien surpris du dénouement de cette rencontre à sens unique.

« Comme prévu, Rennes s’est incliné à Séville. On se doutait bien que les Bretons n’étaient pas de taille face à une équipe qui pratique un football assez exceptionnel à regarder, a applaudi Ménès sur son blog. Il a fallu un Gomis de gala pour que Rennes ne soit pas mené de trois ou quatre buts au repos. L’équipe de Stéphan a un peu mieux tenu le coup défensivement après le repos, et elle a logiquement fini par s’incliner sur une volée de De Jong, bien servi par Acuña. »

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DU STADE RENNAIS

« La qualification est très mal engagée pour les Bretons »

Le consultant de Canal+ s’attendait à voir souffrir le Stade Rennais en raison des absences dans l’entrejeu. « Privé de Camavinga blessé et de Nzonzi suspendu pour un truc totalement farfelu, le milieu rennais avec Grenier dont c’était le deuxième match depuis février et Martin qui n’en avait pas joué beaucoup plus, a énormément souffert, a-t-il poursuivi. Les Rennais se sont battus avec courage mais face à une équipe de ce niveau-là, c’est clairement insuffisant. Avec un point en deux matchs et une double confrontation à venir face à Chelsea, la qualification est très mal engagée pour les Bretons. Et une nouvelle fois, le bilan français de la semaine en Ligue des Champions est accablant, avec une victoire poussive et deux défaites. C’est d’une rare médiocrité. »