Stade Rennais : un bémol gâche la brillante première d’Alfred Gomis en C1
Alfred Gomis (Stade Rennais)Credit Photo - Icon Sport
par Bastien Aubert
PETIT HIC

Stade Rennais : un bémol gâche la brillante première d’Alfred Gomis en C1

Excellent face au FC Séville dans les buts du Stade Rennais, Alfred Gomis (27 ans) a brillé sur sa ligne mais peut encore améliorer son jeu au pied.

Le Stade Rennais n’a pas fait illusion hier en Andalousie. Le club breton, néophyte en Ligue des champions, est tombé sur plus fort que lui et c’est fort logiquement que le FC Séville s’est imposé sur ses terres (1-0). « Il nous a manqué de la maîtrise surtout quand on a récupéré le ballon, a analysé Julien Stéphan après la rencontre. On s'était fixé comme objectifs les 3 ou 4 premiers relais, qui devaient nous permettre de fixer les transitions et de jouer dans le camp adverse. On n'a pas eu suffisamment d'occasions. On voulait rester le plus longtemps possible dans le match. Malheureusement, on ne s'est pas créé la grosse opportunité qui nous aurait permis de marquer. »

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DU STADE RENNAIS

Gomis peut encore améliorer son jeu au pied

Au-delà de cette déception, Stéphan s’est félicité de la performance majuscule d’Alfred Gomis dans les buts rennais. L’ancien gardien dijonnais a multiplié les parades en ne s’inclinant finalement qu’une seule fois. « Il a fallu un Gomis de gala pour que Rennes ne soit pas mené de trois ou quatre buts au repos, avec six arrêts et une transversale, a applaudi Pierre Ménès sur son blog. L’équipe de Stéphan a un peu mieux tenu le coup défensivement après le repos, mais avec encore des arrêts de Gomis et une nouvelle transversale trouvée par l’excellent Jordan. Et elle a logiquement fini par s’incliner sur une volée de De Jong, bien servi par Acuña. »

Un seul bémol est venu gâcher la partition presque parfaite de Gomis : son jeu au pied. « Gomis absolument énorme hier dans son rôle premier de gardien, huit arrêts c’est impressionnant. Petit bémol : son jeu au pied défaillant qui aurait parfois pu permettre de briser le pressing sévillan s’il eut été plus précis ou plus ambitieux », a observé le journaliste de France Bleu François Rauzy.