Stade Rennais, Real Madrid - Mercato : Camavinga tente un pari risqué pour sa carrière
Eduardo CamavingaCredit Photo - Icon Sport
par Raphaël Nouet
CHANGEMENT DE CAP

Stade Rennais, Real Madrid - Mercato : Camavinga tente un pari risqué pour sa carrière

En dedans cette saison, Eduardo Camavinga connaît une crise de croissance tout à fait normale pour un joueur de son âge (18 ans). Mais c'est surtout le changement d'agent du milieu du Stade Rennais qui inquiète…

Si le Stade Rennais traverse une grosse période de turbulences, qui a valu à Julien Stéphan de quitter son poste, c'est notamment parce qu'Eduardo Camavinga est beaucoup moins influent au milieu de terrain que la saison passée. Mais rien de grave à en croire France Football, qui a consacré cette semaine un article au joueur de 18 ans. Ce qui inquiète davantage les personnalités ayant donné leur avis sur le prodige, c'est plutôt son changement d'agents, qui pourrait le conduire à un transfert trop précoce.

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DU STADE RENNAIS

La crainte du transfert "one shot"

"Un maintien en Ligue 1 tempèrerait - pour l'instant - les craintes nées de l'association nouée fin 2020 entre le joueur et ICM Stellar Sports, méga agence britannique du très actif Jonathan Barnett qui a généré un milliard d'euros de contrat l'an passé selon Forbes, peut-on lire dans l'hebdomadaire. L'accord aurait rapporté de 1 à 2 M€ à la famille. "Le but de Stellar est de faire du blé le plus vite possible, sans état d'âme. Il n'ont pas la culture française et je crains que Camavinga y soit un joueur lambda", explique Bruno Satin, agent averti de l'importance, pour un joueur pro, du "baby-sitting" quotidien qui englobe vie personnelle et débrief des matches."

"Le sujet préoccupe aussi Sabri Lamouchi, qui estime que le néo-international aurait gagné à conserver son agent (Moussa Sissoko) "qui le connaît bien". L'ancien milieu d'Auxerre, Monaco, Parme et l'Inter s'inspire des plus grands : Zinédine Zidane et Cristiano Ronaldo, fidèles toute leur carrière à Alain Migliaccio et Jorge Mendes, "des gens loyaux, de même culture, qui partagent la même ambition". Selon lui, le piège réside dans le transfert "one shot" qui méprise l'intérêt sportif."