Ligue 1, Ligue 2 : les joueurs mis au chômage partiel ? 
par Bastien Aubert

Ligue 1, Ligue 2 : les joueurs mis au chômage partiel ? 

Face à la pandémie de coronavirus qui secoue la France, les clubs de Ligue 1 et de Ligue 2 pourraient étudier l’option de placer leurs joueurs en chômage partiel.

C’est ce mardi que l’UEFA décidera de la suite à donner à la saison. En cas d’Euro reporté à l’été 2021, le calendrier sera plus ouvert pour permettre de boucler l’actuel exercice. Une reprise des championnats dans quelques semaines serait même la solution la moins défavorable pour les clubs au point de vue financier. Ceux-ci sont déjà confrontés à un sérieux problème de trésorerie, puisqu’ils doivent régler des charges qui continuent de courir. Les salaires des joueurs, par exemple, pèsent jusqu’à plus de 60% de leur budget de fonctionnement.

La question salariale pourrait donc mettre le feu aux vestiaires si les joueurs sont mis au chômage partiel pendant leur période d’inactivité, ce qui impliquerait une sensible réduction de leurs émoluments (70 % de la rémunération brute, 84 % de la rémunération nette). L’Équipe précise que si le dispositif de chômage partiel affiné hier par le gouvernement prévoit que les sommes versées par les entreprises seront intégralement remboursées par l’État, il limite toutefois ce coup de pouce aux salaires allant jusqu’à 4,5 SMIC par salarié (6 900 € environ). 

Le chômage partiel limité aux plus haut revenus

« Aujourd’hui, il est bien trop tôt pour estimer les conséquences économiques, commente la LFP. Dans un premier temps, il est crucial que chacun respecte les consignes du gouvernement pour éviter la propagation du virus. Ensuite, nous sommes dépendants de la durée de la crise sanitaire et des aménagements possibles du calendrier. En ce sens, la réunion de l’UEFA sera structurante pour envisager différentes options. » Didier Quillot en fera partie.