Dylan Chambost
Dylan ChambostCredit Photo - Icon Sport
par Alexandre Corboz
ITW

ASSE - EXCLU Dylan Chambost : « Ramener le club en Ligue 1 »

Première recrue de l'ASSE sauce Laurent Batlles, Dylan Chambost (24 ans) s'est confié à « But ! Saint-Etienne » avant la reprise de l'entraînement lundi. Après trois ans à l'ESTAC, il est prêt à reprendre son histoire en Vert.

Zapping But! Football Club ASSE : les Verts sans cellule de recrutement, un problème ?

But ! Saint-Etienne : Dylan, comme vous l'avez expliqué sur le site du club : « L'histoire n'était pas terminée avec l'ASSE ». Est-ce qui vous a poussé à revenir, trois ans après votre départ, alors que vous aviez d'autres propositions sur la table ?

Dylan Chambost : Oui, même si d'autres clubs m'avaient fait des offres, je n'ai pas hésité quand l'AS Saint-Etienne est revenu vers moi. J'ai d'abord eu Loïc Perrin mais, à partir du moment où le coach m'a appelé, mon choix a été rapidement fait. Je considère ce retour comme une superbe opportunité pour moi. Revenir à Saint-Etienne était un choix logique.

A partir de quand ce retour s'est formalisé par du concret ?

Cela s'est vraiment débloqué après la signature du coach Batlles. Il m'a appelé assez rapidement après l'officialisation de son retour et les choses se sont faites naturellement ensuite.

Vous êtes parti il y a trois ans avec un statut de jeune du club qui n'avait pas eu sa chance. Vous revenez comme un vrai renfort pour l'ASSE...

C'est tout à fait ça. Je pense que mes trois années à Troyes m'ont permis de gagner en légitimité et en expérience. Notamment sur ce championnat de Ligue 2 que les Verts vont redécouvrir. Je reviens avec beaucoup d'envie et j'ai bien conscience d'avoir désormais un statut différent.

« Laurent Batlles ? Au delà du coach, j'ai envie de mettre en avant ses qualités humaines »

En trois ans, le club a beaucoup changé mais vous retrouvez certains amis d'équipe. Les avez-vous appelé pour annoncer votre come-back ?

Non. En tout cas, j'aurais plaisir à retrouver certains amis qui ont beaucoup évolué depuis trois ans. Dans cette équipe, il y a des joueurs comme Michaël Nadé, Mahdi Camara ou Etienne Green avec qui j'ai beaucoup joué dans les catégories de jeunes. J'ai vraiment hâte de les retrouver lundi pour la reprise de l'entraînement.

Vous allez aussi retrouver avec plaisir celui qui est votre mentor depuis le début de votre carrière : Laurent Batlles. Pouvez-vous nous parler du coach et de ce qu'il peut apporter justement à l'ASSE dans cette course à la montée ?

Cela fait pas mal d'années maintenant qu'il me coache et sincèrement, j'espère que ça continuera. C'est un entraîneur avec un vrai style de jeu porté vers l'avant mais qui sait aussi s'adapter aux situations. Si ses carrière de joueurs et des métiers d'éducateur parlent pour lui, son expérience troyenne sera aussi un plus dans son bagage au moment de revenir. Au delà du technicien, j'ai aussi envie de mettre en avant ses qualités humaines. C'est vraiment quelqu'un qui sait gérer un groupe, qui sait garder ses remplaçants mobilisés. Pour atteindre les objectifs, on ne peut pas se contenter de 12-13 joueurs sous pression. Il faut une vingtaine d'éléments mobilisés et Laurent Batlles a cette faculté d'emmener tout le monde avec lui.

A Troyes, Laurent Batlles avait une idée de jeu et un système précis qu'il compte adapter à l'ASSE et dont vous êtes l'un des éléments moteurs...

Honnêtement, nous n'avons pas parlé de ça avec le coach. Il ne m'a dit exactement comment on allait jouer et quel sera le système. Je pense qu'il attend d'avoir l'effectif au complet pour trancher mais bien sûr que son style de jeu ne va pas fondamentalement changer. Le connaissant, il prônera un jeu offensif comme toujours.

« En Ligue 2, c'est un combat à tous les matchs »

Si l'ASSE évolue dans ce 3-6-1 avec un milieu en losange, vous savez déjà quel sera votre place dans cette animation ?

L'année du titre avec l'ESTAC, j'avais l'habitude de jouer derrière l'attaquant en pointe haute du losange. C'est un poste que j'affectionne et où j'ai pris énormément de plaisir. Après, j'ai aussi cette polyvalence pour jouer milieu relayeur gauche. Quelques fois, j'ai même joué à gauche pour dépanner. Je jouerais où le coach me demandera de jouer.

Sur la fin de votre aventure à Troyes, ce fut plus compliqué en Ligue 1, après la nomination de Bruno Irles notamment. Que gardez-vous de cette année de découverte de l'élite ?

Dans tout, j'essaie de voir le positif. Avoir pu faire une saison de Ligue 1, ça reste une superbe expérience. J'ai eu la chance de pouvoir évoluer contre les meilleures équipes de France. Je ne vais pas cacher le fait que la fin de saison a été un peu frustrante. En tant que compétiteur, la deuxième partie de saison sur le banc a été dure. Mais dans l'ensemble, je considère que c'était très enrichissant. J'ai pu voir ce qu'était le plus haut niveau. Désormais, j'ai hâte de retrouver la Ligue 1.

Mais il va falloir repasser par cette case Ligue 2...

Oui. Et comme je connais ce championnat, je sais combien ce sera dur. En Ligue 2, c'est un combat à tous les matchs. C'est un championnat très homogène. Avec Saint-Etienne, vu l'aura du club, on sera attendu partout. Chaque week-end, il faudra batailler.

Que gardez-vous justement de ces deux années passées en deuxième division à Troyes ?

C'est dans ce championnat que j'ai découvert le monde professionnel. La première année, en 2019-20, c'est là que j'avais commencé à gagner du temps de jeu. Le Covid avait interrompu tout ça. La saison 2020-21 demeure un super souvenir car j'ai eu un rôle important et l'équipe a pu aller chercher ce titre de champion. J'espère pouvoir partager cette expérience avec mes partenaires.

Le 26 décembre prochain, l'ASSE disputera un derby inédit à Annecy, face au club de votre ville d'origine. Ce sera un match particulier pour vous ?

Oui et non. Oui, je suis né à Annecy mais mes parents sont revenus dans la Loire alors que je devais avoir deux ans... Je n'ai pas grandi là-bas et je ne me considère pas comme Annécien. Après, ce déplacement au Parc des Sports sera quand même un peu particulier. En tribune, il y aura sans doute beaucoup d'amis de mes parents qui me connaissent depuis que je suis enfant et que j'aurais plaisir à croiser...

« On a une mission qui est de ramener le club en Ligue 1 »

La saison de l'ASSE démarrera avec des points en moins (3) mais surtout sans public sur les quatre premiers matchs de la saison à domicile. Ce sera une difficulté supplémentaire dans la course à la remontée immédiate …

C'est sûr que c'est pénalisant. Jouer sans public c'est difficile. Ça l'est encore plus à Saint-Etienne où les supporters ont un rôle prépondérant et font gagner des points à l'équipe. J'espère que la sanction ne sera pas trop dure et qu'on pourra avoir nos supporters à Geoffroy-Guichard et à l'extérieur le plus tôt possible (NDLR, la sanction n'était pas encore tombée jeudi, au moment de l'enregistrement de cette interview).

Que peut-on vous souhaiter, à titre collectif et individuel, pour la saison à venir ?

L'objectif collectif est pour moi le plus important. On a une mission qui est de ramener le club en Ligue 1. On va essayer de l'atteindre avec beaucoup d'humilité. A titre personnel, j'espère que mes performances me permettront d'acquérir un statut important dans cette équipe. Pas seulement sur le terrain mais aussi en dehors. Au niveau des statistiques, je n'ai pas d'objectif précis. J'espère être le plus décisif possible.

Chambost se livre

Première recrue de l'ASSE sauce Laurent Batlles, Dylan Chambost (24 ans) s'est confié à « But ! Saint-Etienne » avant la reprise de l'entraînement lundi. Après trois ans à l'ESTAC, il est prêt à reprendre son histoire en Vert.

Podcast Men's Up Life
 

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.