ASSE, FC Nantes, OL, OM, PSG : la sortie lunaire du patron de Mediapro sur les droits TV
Jaume RouresCredit Photo - Icon Sport
par Raphaël Nouet
PAS DE SA FAUTE

ASSE, FC Nantes, OL, OM, PSG : la sortie lunaire du patron de Mediapro sur les droits TV

Le patron de Mediapro Jaume Roures estime que la LFP, mal renseignée par les médias français, s'est sabordée toute seule dans l'affaire des droits TV.

Plus ça va, plus l'affaire des droits TV prend une tournure ridicule. Jaume Roures en a ajouté une sacrée couche ce soir. Lors d'une interview à Marca TV, le patron de Mediapro a justifié la fin du contrat de son groupe avec la LFP par une interprétation erronée des difficultés de son groupe par les médias français ! Eh oui, lui voulait renégocier les droits alors que tout le monde a compris qu'il n'en voulait plus. Une sortie incroyable quand on se rappelle que c'est parce que Mediapro ne pouvait plus payer que la LFP a été contrainte de lui enlever les droits TV…

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DE L'AS SAINT-ETIENNE

"Les journaux en France m’ont dérangé"

« Les journaux en France comme L’Equipe m’ont dérangé parce que c’était une falsification de la situation. Nous avons demandé à la Ligue française de renégocier le contrat. Nous n’avons jamais arrêté de payer. C’est quelque chose de faux qui a été répété et ça continue parce que la presse fait la même erreur. Il y a eu le Covid donc il fallait renégocier et au lieu de s’asseoir autour d’une table pour négocier, ça a mal fini. Au final, on a eu un accord de restitution des droits et on a payé une somme. »

« Maintenant, je ne crois pas qu’ils se trouvent dans une meilleure situation qu’au moment de négocier avec nous. En France, tous les bars et restaurants sont fermés depuis des mois. Il n’y a aucun endroit qui est ouvert. Il y a des dizaines de milliers de licenciements, il y a une crise économique comme ici, les stades sont vides. Le mois dernier, 10 000 personnes sont mortes. Ça me surprend que quelqu’un dise, sur ces bases, qu’on ne puisse pas discuter. Objectivement, la situation n’est pas la même. Après, on trouve un accord ou non. Mais en refusant de discuter, on se demande si la Ligue se trouve dans une meilleure situation. On maintient notre chaîne jusqu’à ce qu’ils trouvent un nouveau diffuseur. On va voir s'ils le trouvent et ce qu’il va offrir. Ce n’est facile pour personne. Au mieux, elle (la LFP) va se retrouver dans une situation pire que celle que nous proposions. »